NOUVELLES

Marathon de Paris - Bekele: "Le record du monde est une possibilité, bientôt"

06/04/2014 07:12 EDT | Actualisé 06/06/2014 05:12 EDT

Vainqueur dimanche du marathon de Paris pour sa première course sur cette distance, avec à la clé le record de l'épreuve (2h05:04.), l'Ethiopien Kenenisa Bekele estime que le record du monde de la discipline "est une possibilité, bientôt".

Q: Comment avez-vous vécu votre premier marathon ?

R: "C'était super, bien sûr ce n'est pas facile, c'est même un peu dur, mais ça me plaît. Je n'ai pas été surpris, je n'avais fait que de l'entraînement et une course est différente, mais je m'attendais à ça en terme de chrono. Mais j'ai ressenti une petite douleur dans mon ischio-jambier alors j'ai décidé simplement de finir la course plutôt que de pousser trop."

Q: Quel bilan faites-vous de votre première course ?

R: "Maintenant je connais le marathon. Je peux courir plus vite que ça. Je dois me préparer encore plus, je suis sûr que je peux faire un meilleur temps que ça. Il n'y a pas de déception, c'est la compétition et tout ne va pas forcément parfaitement quelquefois. Mais j'ai le record de l'épreuve, donc, c'est ok. J'ai encore pas mal de temps pour faire mieux. Je suis satisfait."

Q: Le record du monde est une possibilité ?

R: "Oui, le record du monde est une possibilité, bientôt. C'est une possibilité si je me prépare plus longuement. Pour ce marathon, je n'avais finalement que trois mois d'entraînement et ce n'est pas assez. Après des 5000 et 10.000 m, vous devez vous entraîner différemment et plus longuement pour acquérir ce changement de rythme. Je suis sûr que pour mon deuxième marathon je ferai mieux et peut-être même pouvoir m'attaquer au record du monde."

Q: Qu'allez-vous faire cette saison ?

R: "Maintenant, je vais revenir un peu sur la piste, sur 10.000 m, courir quelques fois et après je vais décider de ce que je vais faire. Je pense qu'il y a une bonne possibilité pour que je refasse un marathon à l'automne."

Q: Vous avez déjà les JO de Rio 2016 en tête ?

R: "Le record du monde et les JO de Rio sont mes deux objectifs sur le marathon. J'ai appris que ce n'était pas si facile, mais que ce n'était pas si dur non plus. J'ai glané beaucoup d'expérience ici. La différence entre l'entraînement et la course tient au fait qu'à l'entraînement vous ne pouvez pas courir aussi longtemps à ce rythme. Tout ça fait une grande différence."

Q: Après plusieurs années de blessures, le grand Bekele est donc de retour ?

R: "Je crois que tout le monde sait que je suis de retour au premier plan, notamment depuis ma victoire à Newcastle à l'automne" (sur semi-marathon).

Q: Allez-vous suivre le marathon de Londres dimanche prochain, où le Britannique Mo Farah fera à son tour ses débuts sur la distance ?

R: "Bien sûr que je vais regarder le marathon de Londres. J'adore regarder les autres courses, marathon ou non. Je suis un marathonien maintenant !"

Propos recueillis en conférence de presse

fbr/sk

PLUS:hp