NOUVELLES

L'abstention, principal défi du seul candidat aux présidentielles du Costa Rica

06/04/2014 05:36 EDT | Actualisé 06/06/2014 05:12 EDT

SAN JOSÉ, Costa Rica - Le principal adversaire de Luis Solis, le seul candidat aux présidentielles du Costa Rica de dimanche, est l'abstention des électeurs.

Son seul rival s'étant retiré de la course électorale le mois dernier, M. Solis doit encore relever un défi de taille: convaincre assez de citoyens d'aller voter pour lui donner un score respectable.

M. Solis a remporté le premier tour de vote en février, avec à peine 30 pour cent du scrutin et un avantage d'à peine un pour cent sur Johnny Araya, du gouvernement sortant du parti Libération nationale.

Mais à peine un mois plus tard, les sondages donnaient à M. Solis une avance de deux à trois fois plus grande. M. Araya s'est retiré de la campagne, affirmant que continuer serait une perte d'argent.

M. Solis, bientôt âgé de 56 ans, a promis un gouvernement plus pro-actif centré sur la mise sur pied de petites et moyennes entreprises locales tout en renforçant les programmes sociaux et environnementaux. Le Costa Rica est, depuis longtemps, considéré comme le pays le plus stable d'Amérique centrale.

Le candidat a aussi promis qu'il ne retirera pas le pays de l'Accord de libre-échange d'Amérique centrale, même si son équipe, le Parti d'action citoyenne, s'y était opposé. Il prévoit toutefois mieux le gérer.

Avec 13 sièges sur 57 à l'Assemblée nationale en ce moment, sa victoire est peut-être acquise, mais M. Solis devra négocier habilement pour faire adopter ses politiques. Les analystes affirment de plus que le vote de dimanche pourrait handicaper son influence.

«S'il obtient moins de votes qu'au premier tour, il n'aura pas la légitimité politique, même s'il sera président légalement», a expliqué Francisco Barahona, un professeur en sciences politiques de l'université du Costa Rica.

Peu s'attendaient à ce que Luis Solis ne passe au deuxième tour d'élections. La politique des trois dernières décennies a été dominée par deux partis, Libération nationale et le Parti unité sociale-chrétienne.

Diplômé en histoire et en études latino-américaines, M. Solis a été enseignant à l'Université internationale de la Floride et à l'Université du Michigan, ainsi que dans des universités costaricaines. Il a également travaillé au ministère des Affaires étrangères et a été ambassadeur et secrétaire général du parti Libération nationale. Il a quitté ce parti en 2005, affirmant que la corruption régnait, et a joint le Parti d'action citoyenne en 2009.

PLUS:pc