NOUVELLES

Israéliens et Palestiniens sont prêts à poursuivre les négociations

06/04/2014 02:47 EDT | Actualisé 06/06/2014 05:12 EDT

JÉRUSALEM - Les Israéliens et les Palestiniens se sont mutuellement accusés, dimanche, de nuire aux pourparlers de paix dans la région, mais ont tout de même exprimé leur volonté de trouver un moyen de raviver les négociations.

Les efforts des États-Unis pour prolonger les discussions au-delà de la fin du mois d'avril ont été minés, la semaine dernière, par la décision de l'État hébreu de ne pas respecter sa promesse de libérer des prisonniers et celle des Palestiniens de reprendre leur campagne internationale pour faire reconnaître «l'État de la Palestine».

Les deux camps ont toutefois indiqué qu'ils étaient prêts à continuer les pourparlers. Dimanche, les négociateurs israéliens et palestiniens devaient rencontrer le médiateur américain Martin Indyk afin de remettre les négociations sur la bonne voie.

Lors de sa rencontre hebdomadaire avec son cabinet, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a déclaré que son gouvernement souhaitait poursuivre les discussions, mais prévenu que les Palestiniens n'obtiendraient leur État que par le biais des négociations.

En entrevue avec la chaîne israélienne 2 TV, le principal négociateur palestinien, Saeb Erekat, a également exprimé son désir d'aller de l'avant avec les pourparlers, mais pas à n'importe quel prix.

À la suite de la crise de la semaine dernière, le secrétaire d'État américain, John Kerry, a fait preuve d'impatience à l'égard des deux parties, affirmant que les États-Unis réévalueraient leur rôle comme médiateurs.

Les Israéliens et les Palestiniens sont retournés à la table des négociations en juillet après une impasse de cinq ans grâce à la pression exercée par Washington. Les discussions n'ont toutefois rien donné de tangible jusqu'à présent.

M. Kerry avait d'abord espéré conclure une entente d'ici le 29 avril, mais a dû revoir ses attentes et plutôt viser un accord préliminaire. Récemment, il a de nouveau changé d'objectif, tentant maintenant de persuader les deux adversaires de prolonger les pourparlers jusqu'à la fin de l'année.

PLUS:pc