NOUVELLES

Cuba denonce un nouveau réseau social "subversif" financé par les Etats-Unis

06/04/2014 10:33 EDT | Actualisé 06/06/2014 05:12 EDT

L'entreprise cubaine de Télécommunications (Etecsa) a affirmé dimanche que les Etats-Unis avaient lancé un autre programme "subversif", baptisé "Piramideo", utilisant comme le précédent, "Zunzoneo", les réseaux sociaux pour encourager les critiques contre le régime communiste.

"Comme ils l'ont fait avec le précédent programme (Zunzoneo), "Piramideo" encourage la création d'un réseau d'"amis"", a indiqué le journal Juventud Rebelde, citant la directrice des services de téléphonie mobile d'Etecsa Hilda Arias. Mme Arias a ainsi expliqué qu'une personne inscrite sur "Piramideo" pouvait toucher avec un seul SMS tous les membres de sa "pyramide" (groupe d'amis).

Le programme "Zunzuneo", lancé en 2009 par l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), a fonctionné jusqu'à 2012, devenant un "twitter cubain", pour transmettre des messages destinés, selon les autorités, à déstabiliser le régime.

Mme Arias a déclaré que "Piramideo" visait à "créer une sorte de canal de communication" entre les groupes d'opposants et de dissidents.

"Piramideo", financé, selon Mme Arias "par des fonds de provenance douteuse", entend également "tromper" les employés du secteur privé et les artistes cubains en leur offrant une plateforme gratuite ou à un prix inférieur aux plateformes officielles pour promouvoir leurs services et leurs oeuvres.

Selon Mme Arias, Usaid "a prévu de remettre à diverses entreprises, prestataires de service, 4,3 millions de dollars pour encourager la création de réseaux clandestins.

"Le but est d'offrir à de prétendus "entrepreneurs technologiques" cubains l'équipement nécessaire pour constituer leurs propres réseaux et les relier ensuite à des réseaux extérieurs" afin de créer "un maillage d'usagers" pour "les désinformer sur la situation du pays et les appeler à des manifestations", a ajouté le journal.

Il s'agit de "créer la confusion, semer le pessimisme et le découragement en profitant des insuffisances du pays en matière de communication", a-t-elle ajouté.

La Havane a exigé vendredi que les Etats-Unis "mettent fin à leurs activités illégales et secrètes contre Cuba qui sont rejetées par le peuple cubain et l'opinion publique internationale".

cb/dg/bir/ml

.

PLUS:hp