NOUVELLES

Une religieuse de la Congrégation de Notre-Dame a été enlevée au Cameroun

05/04/2014 09:40 EDT | Actualisé 05/06/2014 05:12 EDT

Deux prêtres italiens et une religieuse québécoise travaillant comme missionnaires dans le nord du Cameroun ont été enlevés peu avant l'aube, samedi, par deux groupes armés, ont annoncé le gouvernement de l'Italie et des représentants de l'Église catholique.

Dans un communiqué publié en fin d'après-midi, samedi, la Congrégation de Notre-Dame a identifié la religieuse comme étant Gilberte Bussière, originaire d'Asbestos et âgée de 74 ans.

Dans son communiqué, la Congrégation dit disposer de peu d'informations concernant l'enlèvement. Les ambassades concernées ont été avisées et les autorités de la Congrégation suivent la situation avec vigilance, a fait savoir Stéphanie Manseau, coordonnatrice des communications.

Selon ce que précise le communiqué, soeur Gilberte Bussière est entrée à la Congrégation de Notre-Dame en août 1957, avant d'enseigner à Lac Mégantic puis à Arthabaska, entre 1959 et 1979. Cette année-là, soeur Bussière est partie en mission vers le Cameroun où elle oeuvre depuis. Revenue au pays l'an dernier pour des raisons de santé, soeur Bussière avait confié sa hâte de retourner auprès des gens qu'elle aimait au Cameroun.

De son côté, le ministère italien des Affaires étrangères a identifié les deux prêtres comme étant Giampaolo Marta et Gianantonio Allegri, mais a refusé de fournir davantage de détails, afin de ne pas compromettre les efforts visant à obtenir la libération des captifs.

Il a souligné que son site Web déconseillait de voyager dans la zone où les kidnappings se sont produits, située à 30 kilomètres de la frontière du Cameroun avec le Nigeria, en raison des risques d'enlèvements liés à la présence de groupes djihadistes nigérians. Le ministère canadien des Affaires étrangères déconseille également les voyages dans cette région.

Un porte-parole du Vatican, le père Ciro Benedettini, a révélé que les prêtres provenaient du diocèse de Vicenza, dans le nord de l'Italie. Il a ajouté que le pape François avait été mis au courant de la situation et qu'il priait pour les trois missionnaires.

La radio du Vatican a précisé que les trois religieux avaient été kidnappés par des hommes armés dans leur résidence du diocèse de Maroua.

Elle a indiqué que le groupe islamiste Boko Haram pourrait être responsable de ces enlèvements, mais les autorités du diocèse ont soutenu que l'acte n'avait pas été revendiqué.

La radio a diffusé une entrevue avec un prêtre de Vicenza qui a raconté que les ravisseurs avaient pris la soeur canadienne, mais n'avaient pas touché aux religieuses camerounaises travaillant avec les prêtres italiens.

Des représentants du diocèse cités par l'agence de presse italienne ANSA ont affirmé que la religieuse enlevée était âgée de 80 ans.

Un porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères à Ottawa a indiqué être au courant de l'enlèvement d'une religieuse canadienne au Cameroun.

«Nous utilisons tous les canaux appropriés pour obtenir des informations supplémentaires et nous sommes étroitement en contact avec les autorités camerounaises», a déclaré le porte-parole dans un courriel.

PLUS:pc