NOUVELLES

Rio: les militaires prennent le contrôle de favelas de Rio

05/04/2014 07:21 EDT | Actualisé 05/06/2014 05:12 EDT

Près de 3.000 militaires brésiliens ont commencé samedi matin à se déployer dans les favelas du Complexe de la Maré à Rio de Janeiro, situées près de l'aéroport international, où ils vont remplacer les policiers qui occupent l'endroit depuis près d'une semaine.

Ils sont entrés sans incident à partir de 06H00 locales (09H00 GMT), tandis que les habitants les regardaient par les fenêtres ou sur le pas de leur porte, a constaté l'AFP.

L'opération destinée à "pacifier" la zone en vue du Mondial de football (12 juin-13 juillet) comprendra 2.050 hommes de la Brigade d'infanterie parachutiste, 450 de la Marine et 200 de la Police militaire. L'armée de l'air pourra aider "si nécessaire", a indiqué jeudi le général Ronaldo Lundgren devant la presse.

La Force de pacification sera postée dans les 15 favelas de la Maré, un territoire de 10 kilomètres carrés, et y restera jusqu'à fin juillet.

Considéré comme l'une des zones les plus dangereuses de Rio, le Complexe de la Maré est situé à un point stratégique de la ville, par où transiteront des dizaines de milliers de touristes pendant le Mondial. Il est bordé par les principaux accès routiers qui relient le centre de Rio aux banlieues de la mégapole de 12 millions d'habitants.

Dimanche dernier, 1.180 policiers militaires de diverses unités, appuyés par 15 blindés, quatre hélicoptères et des policiers civils, avaient pris possession en quinze minutes et sans rencontrer de résistance de ce fief du trafic de drogue peuplé de 130.000 habitants.

La "pacification" de Rio a été lancée en 2008, avec l'installation depuis de 38 Unités de la police pacificatrice (UPP) dans 174 favelas, visant à en chasser les trafiquants de drogue qui y régnaient.

Ce déploiement militaire intervient dans une période de regain de violences, dont, ces dernières semaines, une série d'attaques visant des UPP attribuées au crime organisé. Depuis janvier, huit policiers ont été tués, dont quatre membres des UPP.

cdo/ag/plh/ia/pt

PLUS:hp