NOUVELLES

L'UE continuera à travailler avec la Russie pour régler la crise ukrainienne

05/04/2014 08:03 EDT | Actualisé 05/06/2014 05:12 EDT

ATHÈNES, Grèce - L'Union européenne (EU) va continuer de travailler avec la Russie et l'Ukraine afin de réduire les tensions entre les deux pays tout en se réservant le droit de recourir à des sanctions si nécessaire, a déclaré la chef de la diplomatie européenne, samedi.

Catherine Ashton a indiqué que des discussions étaient en cours afin d'assurer que l'organisation de 28 nations soit prête à adopter des mesures contre Moscou si la situation l'exige et a insisté sur la nécessité de convaincre le Kremlin de calmer le jeu.

La Russie a annexé la Crimée en mars à la suite d'un référendum tenu deux semaines après que les forces russes eurent pris le contrôle de la péninsule ukrainienne. L'Ukraine et l'Occident refusent de reconnaître la légitimité du vote et de l'annexion.

La crise ukrainienne a été le principal sujet abordé par les ministres européens des Affaires étrangères lors d'une rencontre non officielle de deux jours à Athènes.

Prenant la parole juste avant le début de la rencontre vendredi, le secrétaire britannique des Affaires étrangères, William Hague, a exhorté ses partenaires à élaborer des sanctions encore plus strictes envers la Russie afin d'être prêts à agir si cela devenait nécessaire. Pour le moment, l'UE a imposé des restrictions seulement contre des individus.

Le ministre grec des Affaires étrangères, Evangelos Venizélos, a toutefois rappelé que les sanctions n'étaient pas une fin en soi et que le réel problème était de faire baisser les tensions afin de régler la crise de manière efficace et durable.

La Grèce assume actuellement la présidence tournante de l'UE, qui change à tous les six mois.

Mme Ashton a pour sa part ajouté que l'UE poursuivrait sa collaboration avec Moscou et Washington concernant des accords économiques avec l'Ukraine et la Moldavie.

Outre l'Ukraine, les ministres ont aussi parlé de la guerre civile syrienne, des élections afghanes ainsi que de la situation en Afrique du Nord, notamment en Tunisie, en Égypte et en Libye.

PLUS:pc