NOUVELLES

Guinée/Ebola: le gouvernement appelle au calme après une attaque contre MSF

05/04/2014 09:17 EDT | Actualisé 05/06/2014 05:12 EDT

Le gouvernement guinéen a appelé samedi au calme dans le sud du pays touché par la fièvre Ebola après l'attaque d'une équipe de Médecins sans frontières par des habitants de la région.

A Macenta des habitants s'opposant à la mise en isolement d'un des leurs s'en étaient pris vendredi à un centre de l'ONG. Le porte-parole de MSF en Guinée, Sam Taylor, a déclaré qu'il y avait eu "un incident au centre de traitement d'Ebola à Macenta" et que les activités y étaient suspendues.

Dans un communiqué publié samedi, le gouvernement de Conakry "appelle les populations au calme et à la sérénité en vue de permettre à (ses) partenaires de (l') appuyer pour éradiquer cette épidémie".

Constatant "avec regret" que "des groupuscules de personnes à Macenta" s'en sont pris à MSF, le gouvernement "promet de prendre toutes les dispositions utiles pour traduire ces fauteurs de troubles devant la justice."

L'incident "fait suite à des rumeurs entretenues par des esprits mal intentionnés, selon lesquelles le virus aurait été importé en Guinée ou qu'il n'existerait pas de fièvre Ebola dans notre pays", ajoute-t-il.

Il "invite les populations de Macenta et celles de toute la Guinée à ne pas prêter foi aux informations sur la fièvre hémorragique qui ne relèvent pas de source officielle".

Plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest sont mobilisés contre une épidémie de fièvre hémorragique en partie due au virus Ebola qui a fait 86 morts en Guinée. Cette mobilisation régionale fait suite à la crainte d'une propagation du virus après l'annonce jeudi de premiers cas suspects au Mali, après le Liberia et la Sierra Leone.

Les 86 décès en Guinée font partie d'un bilan global de 137 cas enregistrés depuis janvier, essentiellement dans des préfectures de la Guinée forestière (sud et sud-est), selon le dernier bilan des autorités guinéennes.

"L'apport (de MSF) et de toutes les structures internationales qui appuient la Guinée dans la lutte contre la pandémie est inestimable et a permis à ce jour de circonscrire la maladie", souligne le gouvernement. "Sans ces partenaires, la maladie ne serait pas sous contrôle aujourd'hui", ajoute-t-il.

MSF dispose d'une équipe internationale de 52 personnes travaillant aux côtés de personnels guinéens à Conakry, et dans deux villes du Sud, Gueckedou et Macenta.

"Le chef de la mission de MSF à Gueckedou doit rencontrer le gouverneur régional, de hauts responsables de la santé et des responsables locaux. Nous espérons reprendre notre travail dès que possible", a déclaré samedi M. Taylor à l'AFP.

bur-ft/cah/sd/jlb

PLUS:hp