NOUVELLES

Coupe Davis - Les "petits" se rebellent, la Suisse en danger

05/04/2014 03:58 EDT | Actualisé 05/06/2014 05:12 EDT

Les équipes présumées les plus faibles ont continué à troubler la hiérarchie, samedi à l'occasion des doubles des quarts de finale de la Coupe Davis, la Suisse, en particulier, se retrouvant dans une situation délicate.

La République tchèque, double tenante du titre, est la seule nation à avoir déjà assuré sa qualification pour les demi-finales, pour la cinquième fois sur les six dernières éditions.

Même sans leur leader Tomas Berdych (N.5 mondial), qui avait fait l'impasse, les Tchèques ont déroulé face au Japon qui, privé de sa star Kei Nishikori, forfait sur blessure, n'avait rien à leur opposer.

Partout ailleurs, la situation reste indécise, et les trois équipes données pour favorites avant ces quarts, la Suisse, la France et l'Italie, sont menées 2 à 1.

Les Suisses, avec leur fabuleux duo Stanislas Wawrinka (N.3) et Roger Federer (N.4), pensaient se balader face au modeste Kazakhstan. C'est très loin d'être le cas.

Battu par Andreï Golubev lors du premier simple vendredi, Wawrinka, vainqueur en janvier de l'Open d'Australie, est encore apparu à la peine lors du double.

Federer et lui, champions olympiques en double à Pékin en 2008, ont cédé à l'étonnement général en quatre sets 6-4, 7-6 (7/5), 4-6, 7-6 (8/6) devant Golubev et Aleksandr Nedovyesov.

Wawrinka, qui devrait passer une longue nuit à cogiter, tant les attentes sont grandes en Suisse, un pays qui n'a encore jamais remporté le Saladier d'argent, jouera gros dimanche lors du quatrième match face à Mikhail Kukushkin.

- La France se reprend -

Après son immense déconvenue de vendredi, avec la perte des deux premiers simples et la défaite de Jo-Wilfried Tsonga (N.12) face au 119e mondial Peter Gojowczyk, la France s'est un peu reprise samedi devant l'Allemagne.

Michaël Llodra et Julien Benneteau ont maintenu leur équipe en vie, en s'imposant non sans mal (6-1, 7-6 (7/5), 4-6, 7-5) contre Tobias Kamke et Andre Begemann, deux joueurs qui n'avaient encore jamais évolué ensemble en double.

Les Allemands, très diminués par l'absence de leurs trois meilleurs joueurs Tommy Haas, Philipp Kohlschreiber et Florian Mayer, sont encore en tête.

Mais la dynamique a peut-être changé. Jo-Wilfried Tsonga et Gaël Monfils, qui pourrait être préféré à Benneteau pour le cinquième match, ont en tout cas certainement les moyens d'inverser la tendance.

L'Italie est, quant à elle, en grande difficulté devant la Grande-Bretagne d'Andy Murray (N.8). L'Écossais, qui rêve d'emmener son pays en demi-finale pour la première fois depuis 1981, a gagné deux matches samedi.

Il a d'abord achevé Andreas Seppi dans le simple interrompu la veille par la nuit, puis a remporté le double, associé à Colin Fleming, face à Fabio Fognini et Simone Bolelli (6-3, 6-2, 3-6, 7-5).

Fognini (N.13) devra réussir un exploit dimanche devant Murray pour éviter l'élimination à l'Italie.

cyb/mhc

PLUS:hp