NOUVELLES

Un comité de l'ONU étudiera le transport du pétrole par rails

04/04/2014 10:01 EDT | Actualisé 04/06/2014 05:12 EDT
CP

Un comité de l'ONU examinera les normes de transport du pétrole sur rail. Plusieurs déversements et incendies sont survenus au cours des derniers mois à la suite de déraillements, dont celui de Lac-Mégantic, qui a fait une cinquantaine de morts.

Ce groupe d'experts des Nations unies sur le transport des matières dangereuses explique avoir répondu positivement à la demande de spécialistes canadiens et américains.

Les gaz émis par le pétrole lourd sous la loupe des experts

Ces derniers demandent au comité de se pencher plus particulièrement sur les normes qui régissent le transport du pétrole brut, notamment celui produit au Dakota du Nord et dans l'Ouest canadien à partir du gisement de Bakken. Ce pétrole brut est en effet reconnu pour sa légèreté et son inflammabilité accrue.

C'est précisément ce type de pétrole lourd que transportaient les wagons du train de la Montreal, Maine and Atlantic qui a déraillé à Lac-Mégantic, l'été dernier.

Depuis, Ottawa cherche à resserrer sa réglementation sur le transport ferroviaire du pétrole.

Les experts de l'ONU doivent déterminer si la réglementation actuelle tient suffisamment compte des gaz dangereux et de la pression générés par ce type de pétrole lourd lors de son transport.

« Le pétrole lourd peut présenter des risques particuliers lorsqu'il est transporté, notamment en raison de la formation de certains gaz qui rendent son transport plus dangereux », a déclaré le comité de l'ONU dans un communiqué.

Actuellement, les normes en vigueur pour le transport de pétrole lourd comprennent notamment des tests sur son point d'ébullition, son point d'éclair et la température à laquelle il prendra feu à partir d'une étincelle.

Mais, aucun de ces tests ne tient compte de la pression exercée par le pétrole sur les wagons en raison des gaz qu'il émet. Un point qui mérite d'être étudié, selon les experts de l'ONU.

Après la tragédie de Lac-Mégantic

Les experts en transport du Canada et des États-Unis se sont tournés vers leurs collègues internationaux, car ils tentent toujours de comprendre le potentiel explosif réel du pétrole brut après le déraillement de 74 wagons de pétrole au centre-ville de Lac-Mégantic, en juillet 2013. Une tragédie humaine et environnementale qui a causé la mort de 47 personnes.

« Si la démarche auprès de l'ONU fonctionne, cela changera la définition des liquides inflammables dans la nomenclature du transport de matières dangereuses. Cela aura des impacts importants pour l'industrie du pétrole », a expliqué à Reuters l'avocat américain Lawrence Bierlein.

Même s'il incombe à chaque pays de déterminer les règles de sécurité pour le transport des matières dangereuses, les normes de base sont établies par les puissances économiques et industrielles chapeautées par les Nations unies.

INOLTRE SU HUFFPOST

Explosion d'un train à Lac-Mégantic