NOUVELLES

Paix en Colombie : les Farc proposent de réguler l'usage d'explosifs

04/04/2014 12:19 EDT | Actualisé 04/06/2014 05:12 EDT

La guérilla colombienne des Farc a proposé vendredi de conclure un accord avec le gouvernement sur l'usage des explosifs dans leur conflit armé, à la reprise de leurs négociations de paix à La Havane.

"Nous sommes disposés à conclure un accord sur l'usage des explosifs en général", a affirmé à la presse le chef de la délégation des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) Ivan Marquez, à l'ouverture de ce 23e cycle de pourparlers avec le gouvernement.

La guérilla est pressée d'abandonner l'usage de mines antipersonnel, qui ont tué au moins 2.167 personnes en Colombie depuis 1990, selon les autorités. Mais le numéro deux des Farc a estimé qu'il s'agissait d'un sujet de "réciprocité".

"On pourrait aussi exiger ces choses-là de la force publique, qui elle aussi utilise des mines. C'est un problème de réciprocité qui implique l'armée colombienne autant que les forces insurgées", a estimé Ivan Marquez.

"Mais je veux surtout mettre l'accent sur l'usage d'explosifs en général", a poursuivi le responsable de la guérilla en regrettant que "personne" ne se préoccupe de l'usage par l'armée de "bombes de 250 kilos qui détruisent des vies, la forêt et notre environnement".

Ivan Marquez a par ailleurs réitéré le souhait de la guérilla de créer de manière "urgente" une "commission de la vérité" sur le conflit qui ensanglante la Colombie depuis un demi-siècle.

Le gouvernement colombien a exprimé la semaine dernière son accord à la création d'une telle commission, mais seulement après la conclusion d'un accord de paix général avec la guérilla.

La délégation du gouvernement aux pourparlers de La Havane s'est, comme à son habitude, abstenue de toute déclaration à la presse à l'ouverture de ce nouveau cycle de négociations qui doit s'achever le 11 avril pour une pause liée à la Semaine sainte catholique.

Les négociations, qui ont débuté en novembre 2012, portent sur le trafic de drogue, après la conclusion d'accords partiels sur les deux premiers des six points de leur ordre du jour, le développement rural et la participation de la guérilla à la vie politique.

fj-jhd/hdz/mr

PLUS:hp