NOUVELLES

Londres demande à l'UE de préparer des sanctions contre la Russie

04/04/2014 05:59 EDT | Actualisé 04/06/2014 05:12 EDT

ATHENES, Grèce - Le ministre britannique des Affaires étrangères a estimé, vendredi, que l'Union européenne doit préparer de nouvelles sanctions à infliger à la Russie en cas de besoin, pendant que son homologue russe affirmait que le nouveau gouvernement ukrainien n'est qu'une marionnette de l'Occident.

«L'Occident est le maître du destin de l'Ukraine et le gouvernement (ukrainien) n'a pas démontré beaucoup d'indépendance jusqu'à présent», s'est moqué Sergeï Lavrov.

Il a ensuite blâmé la crise ukrainienne actuelle sur le manque de respect du gouvernement envers les droits des citoyens et les intérêts des différentes régions du pays.

Les ministres des Affaires étrangères des pays de l'Union européenne (UE) se réunissaient à Athènes pour une rencontre informelle de deux jours. Lors de la première journée, vendredi, ils se concentreront sur la situation en Syrie et en Ukraine.

Le gouvernement ukrainien et les dirigeants occidentaux ont exprimé leur inquiétude à propos de la présence de dizaines de milliers de militaires russes près de la frontière ukrainienne.

«Il est très, très important que la Russie démontre qu'elle prend la désescalade au sérieux en retirant des troupes», a dit la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton.

L'UE a déjà imposé des sanctions à la Russie.

«Il est très important que nous demeurions forts et unis quant aux sanctions que nous avons imposées à des individus en Russie et en Crimée, et de préparer de nouvelles mesures si elles devaient être nécessaires», a dit le ministre britannique William Haig.

Des responsables financiers européens avaient indiqué, plus tôt cette semaine, que l'économie russe ressentait déjà l'impact des sanctions. Le ministre grec des Affaires étrangères, Evangelos Venizelos, a déclaré que l'UE recherche ultimement une solution politique en Ukraine.

«Les sanctions sont un instrument. (Mais) notre objectif est toujours le respect du droit international», a-t-il dit.

La Grèce occupe actuellement la présidence tournante de l'Union européenne. Les ministres se réuniront à Athènes vendredi et samedi.

Pendant ce temps, le ministre russe de la Défense, Sergeï Shoigu, a déclaré vendredi que tous les militaires ukrainiens qui souhaitaient quitter la Crimée sont maintenant partis, mais que 8000 d'entre eux sont restés sur place et ont demandé à joindre les rangs de l'armée russe.

M. Shoigu a formellement nié que les militaires russes aient maltraité les soldats ukrainiens. Plusieurs officiers ukrainiens, dont le commandant d'une base militaire, ont été capturés par les forces russes et détenus pendant plusieurs jours.

PLUS:pc