NOUVELLES

Le pilote Alexandre Tagliani n'aurait pas cru être aussi occupé en 2014

04/04/2014 02:55 EDT | Actualisé 04/06/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - La quarantaine sourit à Alex Tagliani. Le pilote automobile québécois a déjà amorcé une année 2014 fort remplie, et il affirme être fébrile comme jamais même s'il ne participe plus à temps plein au relevé championnat IndyCar.

Déjà engagé dans les séries SportsCar aux États-Unis (Challenge Prototype) et Nascar Canadian Tire ainsi qu'aux 500 milles d'Indianapolis, Tagliani laisse entendre que d'autres courses dans d'autres séries s'ajouteront à la vingtaine déjà programmées.

Il y a quelques mois à peine, au moment où il célébrait son 40e anniversaire de naissance en octobre, le pilote de Lachenaie n'aurait pas cru être aussi occupé.

«Je ne m'attendais pas à ça. Il y a toujours des portes d'ouvertes, quand tu ne t'en fermes pas ou que tu gardes de bonnes relations avec les gens que tu as côtoyés. À un moment donné, il y a un retour d'ascenseur.»

«Tag» se félicite d'avoir résisté à la tentation, pour la première fois depuis longtemps, de tenter de sécuriser un «volant» en dénichant ses propres commanditaires.

«J'ai choisi de recentrer mes priorités, a-t-il expliqué. Comme je veux participer à des courses au Québec et que j'aime le NASCAR, j'ai priorisé ça, en me disant que tout le reste serait un boni. En agissant de la sorte, le téléphone s'est mis à sonner.»

Il y a même des équipes en IndyCar qui le contactent afin de sonder son intérêt, se disant elles-mêmes prêtes à trouver des commanditaires.

«Ce changement d'attitude a été un tournant pour moi, un mal pour un bien. Je ne peux pas demander mieux. Je vais prendre part à toutes les courses au Québec, à plusieurs au Canada et je vais concourir à temps plein aux États-Unis. C'est une saison idéale.»

Tagliani a hâte à la prestigieuse course des 500 milles d'Indianapolis, qui va occuper la majeure partie de son mois de mai. Il sera au volant de la deuxième voiture de l'équipe Sarah Fisher Hartman Racing. Il fera équipe avec l'Américain Josef Newgarden.

Les premiers essais libres ont lieu le 11 mai, les qualifications la semaine suivante et la 98e présentation de la course le 25 mai.

«Cette course-là est un championnat en tant que tel. Les pilotes ont la mentalité d'y aller le tout pour le tout. À ma première participation en 2009, j'ai été choisi la meilleure recrue. J'ai déjà obtenu la position de tête en qualifications en 2011, il me manque la victoire.»

Auparavant, au cours de la première fin de semaine de mai, il va prendre part à une troisième épreuve (après celles de Daytona et de Sebring) de la série SportsCar à Laguna Seca, en Californie.

Il s'estime chanceux d'avoir peu de conflits d'horaire, malgré son calendrier chargé. Il n'est contraint de renoncer qu'à deux épreuves de la série Nascar Canadian Tire. Il est prévu qu'il ne rate qu'une course de la série SportsCar afin de participer au Grand Prix de Trois-Rivières.

«Je ne pouvais absolument pas manquer course-là, même si je suis sous contrat aux États-Unis pour toute la saison, a-t-il souligné. Ça prouve toute l'importance que j'accorde au Grand Prix de Trois-Rivières.»

Un bon porte-parole

Tagliani était de passage à Montréal, vendredi, où il a visité deux écoles afin de sensibiliser les jeunes à la problématique des allergies alimentaires. Lui-même doit composer avec de graves allergies, qui lui occasionnent de sérieux problèmes. La compagnie Pfizer Canada, distributrice canadienne d'EpiPen, pouvait difficilement trouver un meilleur porte-parole. Pfizer est le commanditaire principal de Tagliani dans la série NASCAR.

«Les allergies alimentaires sont un problème de santé qui prend de l'ampleur au Canada, a-t-il mentionné. Quand j'allais à l'école, j'étais un des rares qui étaient affectés par ça. Maintenant, je visite des écoles de 300 enfants qui comptent une soixantaine d'enfants touchés.

«Tant mieux si je peux aider les jeunes en les guidant en ce qui a trait aux mesures à prendre en cas de réaction allergique», résume-t-il.

En 1998, Tagliani a été victime de sa plus virulente réaction allergique alimentaire dans un restaurant parce qu'il avait laissé son EpiPen dans sa voiture.

PLUS:pc