NOUVELLES

L'UPAC enquête à l'Hôpital général juif

02/04/2014 06:19 EDT | Actualisé 03/06/2014 05:12 EDT
Radio-Canada.ca

L'émission Enquête d'ICI Radio-Canada a appris que l'Unité permanente anticorruption (UPAC) enquête à l'Hopital général juif. Une affaire qui a mené récemment à la démission de deux cadres de la haute direction.

Un texte de Julie Vaillancourt Twitter Courriel

Les seuls qui ont accepté de dénoncer publiquement ce dont ils ont été témoins à l'Hôpital général juif sont des ouvriers. Ils travaillaient pour une entreprise qui avait un contrat d'entretien avec l'hôpital - R.A. Rénov-Action - et d'autres compagnies qui gravitaient autour.

Alors qu'il œuvrait à l'hôpital, Roberto Astorga s'est rendu travailler chez certains cadres de la haute direction, dont Kotiel Berdugo.

  • Roberto Astorga : « Il [Kotiel Berdugo] a tellement aimé mon travail qu'il m'a recommandé pour aller peinturer chez ses parents. On avait peinturé l'appartement au complet.
  • Question : Et ça, c'était pendant votre temps de travail à l'hôpital?
  • Roberto Astorga : Ben, on devait remplir le rapport comme si on était à l'hôpital.

M. Berdugo dit que ce n'est pas l'hôpital qui a payé ces travaux, une information impossible à vérifier puisqu'il a réglé sans factures, en argent comptant. Une enquête interne a été déclenchée à la suite de cette histoire.

Selon nos informations, l'UPAC s'intéresse aussi à la construction de la nouvelle salle d'urgence, logée dans le pavillon K, où d'autres irrégularités ont été découvertes.

Plusieurs des compagnies qui ont participé à la construction du pavillon K se plaignent d'avoir perdu de l'argent sur le chantier.

Mais une seule aurait été dédommagée à l'époque. Et c'est grâce à de fausses factures que nous avons obtenues : 50 000 $ pour une chambre des patients et une autre pour une salle de procédure qui n'ont jamais existé.

Les factures ont été fabriquées à la demande du directeur du développement immobilier, Philippe Castiel.

Les deux cadres ont démissionné dans la controverse. Leurs révélations ainsi que celles obtenues au cours de l'enquête interne pourraient éclabousser d'autres joueurs. Le ministère de la Santé et des Services sociaux suit l'affaire de près.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques frappes de l'UPAC