NOUVELLES

Rwanda/génocide: Paris représenté aux commémorations par sa ministre de la Justice

03/04/2014 12:27 EDT | Actualisé 03/06/2014 05:12 EDT

La France sera représentée par sa ministre de la Justice, Christiane Taubira, aux commémorations le 7 avril du 20e anniversaire du génocide au Rwanda, a annoncé jeudi le ministère français des Affaires étrangères.

"A la demande du président de la République, Christiane Taubira, Garde des sceaux, ministre de la Justice, représentera la France à Kigali pour les commémorations du 20e anniversaire du génocide", a déclaré à l'AFP le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal.

Le régime rwandais actuel, issu de la rébellion tutsi dont la victoire en juillet 1994 mit fin au génocide ayant fait 800.000 morts en 100 jours, principalement des Tutsi mais aussi des Hutu "modérés", a régulièrement reproché à la France d'avoir soutenu le régime génocidaire, puis protégé ses responsables dans leur fuite.

A la mi-mars, la justice française, qui refuse systématiquement d'extrader des Rwandais recherchés par Kigali mais peut les juger au nom de la "compétence universelle" pour les crimes les plus graves, a procédé à sa première condamnation d'un Rwandais accusé de génocide et de complicité de crime contre l'humanité.

Pascal Simbikangwa a été condamné à 25 ans de prison. Peu après, un autre Rwandais, Charles Twagira, a été inculpé pour génocide et crimes contre l'humanité et incarcéré.

Les mauvaises relations entre la France et le Rwanda ont été jusqu'à la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays en novembre 2006. Cette rupture est survenue après la délivrance par un juge français de neuf mandats d'arrêt contre des dirigeants rwandais dans le cadre d'une enquête sur l'attentat du 6 avril 1994 dans lequel fut tué le président hutu Juvénal Habyarimana. Cet assassinat avait été l'évènement déclencheur le lendemain des massacres.

Les liens avaient été rétablis en novembre 2009, mais le Rwanda avait entretemps officiellement accusé un certain nombre de militaires français d'avoir facilité le génocide, voire d'y avoir participé.

Les commémorations du 20e anniversaire du génocide de 1994 sont vues comme un test diplomatique pour le Rwanda, dont les relations avec ses alliés occidentaux se sont récemment tendues.

prh/thm/jmc

PLUS:hp