NOUVELLES

Russie: la croissance attendue sous 1% cette année (ministre)

03/04/2014 09:30 EDT | Actualisé 03/06/2014 05:12 EDT

La croissance du produit intérieur brut (PIB) russe sera bien inférieure à 1% cette année si les tensions actuelles provoquant une forte hausse des fuites de capitaux se poursuivent, a estimé jeudi le vice-ministre russe de l'Economie Andreï Klepatch.

"Nous pouvons avoir une croissance substantiellement inférieure à 1% si nous prenons en compte les tendances existant actuellement", a indiqué le ministre cité par les agences russes.

La crise ukrainienne qui a provoqué une faiblesse du rouble, un fort ralentissement des investissements et un bond des sorties de capitaux du pays, devrait déboucher sur une croissance économique bien inférieure aux prévisions initiales des autorités russes.

Le ministère de l'Economie tablait initialement sur une croissance de 2,5% cette année, après 1,3% l'an dernier, mais devrait réviser cette prévision dans les prochains jours.

La Banque mondiale a estimé de son côté que si la crise en Ukraine s'aggravait, les sorties de capitaux pourraient atteindre 150 milliards de dollars cette année et déboucher sur une contraction de 1,8% du PIB, selon le scénario le plus pessimiste.

La croissance économique devrait s'établir à 0,8% au premier trimestre sur un an, a précisé M. Klepatch, écartant un risque de récession au premier semestre, alors que les chiffres officiels ne sont pas encore publiés.

Le vice-ministre a souligné que l'économie russe était encore très dépendante des facteurs extérieurs, même si elle l'était moins qu'auparavant.

"Nous le sommes moins qu'en 2008 (du point de vue de) l'endettement des entreprises et des banques en pourcentage du PIB, nous avons de bonnes réserves en devises, c'est à dire que nous sommes plus préparés aux fluctuations des cours et à d'autres coups", a-t-il dit.

"Mais nous observons une très grande dépendance de notre économie -- taux de croissance et secteurs privés et bancaires -- non seulement aux prix mondiaux du pétrole mais à la situation liée aux fuites de capitaux", a-t-il remarqué.

lgo/edy/rhl

PLUS:hp