NOUVELLES

Paris annonce sa volonté de "discuter" avec Bruxelles du rythme de réduction de son déficit public

03/04/2014 03:21 EDT | Actualisé 02/06/2014 05:12 EDT

Le nouveau ministre français des Finances et des Comptes publics, Michel Sapin, a affirmé jeudi vouloir "discuter" avec Bruxelles du calendrier de réduction du déficit public français, jugeant qu'il était dans "l'intérêt commun de l'Europe de trouver le bon rythme".

Le ministre, nommé mercredi au sein du nouveau gouvernement de Manuel Valls, a déclaré à la radio France Inter qu'il discuterait avec la Commission européenne "pour trouver le chemin de l'intérêt commun", expliquant que "ce n'est pas un pays qui implore les autres" mais que "l'Europe se portera mieux quand la France se portera mieux".

Le "cap" de réduction des déficits n'est pas abandonné, a-t-il assuré. "Les objectifs sont des objectifs que nous tiendrons", a-t-il répété, sans toutefois donner de calendrier.

Paris a obtenu l'an dernier deux ans supplémentaires, jusqu'en 2015, pour ramener son déficit public sous la barre des 3%. Mais cet objectif semble de moins en moins atteignable, après la publication lundi d'un déficit public 2013 à 4,3%, au-dessus des prévisions du gouvernement.

Le président François Hollande a en outre laissé entendre qu'il pourrait demander un nouveau délai pour ramener le déficit public dans les limites européennes. Lundi, il a affirmé que le nouveau gouvernement de Manuel Valls aurait "à convaincre l'Europe" que la "contribution de la France à la compétitivité, à la croissance, doit être prise en compte dans le respect de nos engagements".

Bruxelles a placé la France sous surveillance renforcée en raison de son manque de compétitivité et de son déficit, qui font "peser un risque sur l'ensemble de la zone euro".

lum/cb/mml/blb/prh/jh

PLUS:hp