NOUVELLES

Mexique: RSF réclame le renforcement de la protection des journalistes

03/04/2014 04:38 EDT | Actualisé 03/06/2014 05:12 EDT

Le secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), Christophe Deloire, a appelé jeudi le Mexique à renforcer les mécanismes de protection des journalistes dont le bilan est selon lui, jusqu'à présent, un "échec évident".

Lors d'une conférence de presse tenue à Mexico, le président de RSF, une ONG internationale de défense de la liberté de l'information basée à Paris, M. Deloire a souligné que le Mexique occupait la 152e place sur 180 pays pour la liberté de la presse, selon le classement 2014 réalisé par son organisation.

Il a souligné que depuis l'arrivée du président mexicain Enrique Pena Nieto, en décembre 2012, trois journalistes avaient encore été tués, ce qui porte à 89 le nombre de journalistes abattus depuis l'année 2000, auxquels il faut ajouter 17 disparitions.

Ce "niveau navrant" du classement du Mexique est un effet "de la concentration des médias, de l'affectation discrétionnaire de la publicité officielle et, le plus grave, des exactions et violences commises à l'encontre des journalistes".

Selon lui, "le niveau d'impunité constitue un encouragement pour tous ceux qui veulent porter atteinte à l'exercice du métier de journaliste".

Le responsable de RSF a indiqué qu'il avait décidé son déplacement au Mexique après les menaces téléphoniques dont avait été l'objet le 12 mars la représentante locale de l'organisation, Balbina Flores.

M. Deloire et Mme Flores ont notamment rencontré cette semaine le ministre mexicain de l'Intérieur, Miguel Angel Osorio Chong. Celui-ci "a reconnu que le mécanisme de protection des journalistes est un échec et annoncé la volonté pleine et entière du gouvernement de mener à bien une réorganisation intégrale du mécanisme", a rapporté M. Deloire.

Pour RSF, la situation au Mexique reste pour l'instant "une immense déception". "Le Mexique ne manque pas d'institutions pour les droits de l'homme, mais il est essentiel de sortir des logiques bureaucratiques, pour entrer dans des logiques d'efficacité", a dit M. Deloire.

Jeudi, des hommes armés ont attaqué le directeur du quotidien Noroeste, journal régional de l'Etat du Sinaloa, une région d'implantation des narcotrafiquants. Adrian Lopez, le directeur, a été dépouillé de sa voiture, de son portefeuille, de son téléphone cellulaire et de ordinateur, avant d'être blessé par balle aux jambes.

"Cette attaque s'ajoute à une série d'agressions dont Noroeste a été l'objet au cours des dernières années", a souligné le journal.

jcb/hdz/plh

PLUS:hp