NOUVELLES

Les autorités de Crimée contre une autonomie territoriale des Tatars

03/04/2014 01:38 EDT | Actualisé 03/06/2014 05:12 EDT

Les autorités de Crimée sont opposées à une autonomie territoriale des Tatars de cette péninsule récemment rattachée à la Russie, a déclaré son vice-Premier ministre, Roustam Temirgaliev.

"Non, cela n'est pas possible! il ne peut y avoir qu'une autonomie culturelle", a déclaré M. Temirgaliev, interrogé par l'agence publique russe Ria Novosti.

Des représentants des Tatars de toute la Crimée se sont réunis samedi dans la ville de Bakhtchyssaraï pour un "Qurultay", ou congrès, afin de décider du sort de cette communauté musulmane d'environ 300.000 personnes, et ont voté pour "le lancement de procédures légales et politiques (pour) l'autonomie ethnique et territoriale du peuple tatar de Crimée sur son territoire historique, la Crimée".

La manière dont ils comptent y parvenir n'a toutefois pas été clairement expliquée, tout comme leur intention de devenir ou non une entité autonome au sein de l'Ukraine ou de la Russie.

Les Tatars de Crimée, qui représentent environ 12% de la population de la péninsule, ont largement boycotté le référendum du 16 mars qui a abouti au rattachement de la Crimée à la Russie.

Cette communauté se méfie de Moscou depuis que Joseph Staline, qui les accusait d'avoir collaboré avec les nazis, a ordonné leur déportation en masse de la Crimée vers l'Asie centrale à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Ils n'ont pas été autorisés à retourner sur leur terre historique avant la fin des années 1980.

edy/sym

PLUS:hp