NOUVELLES

Le PLQ promet un ministre délégué aux PME

03/04/2014 10:01 EDT | Actualisé 03/06/2014 05:12 EDT

Le Parti libéral du Québec créerait un poste de ministre dédié aux PME et à « l'allégement bureaucratique » afin de réduire les coûts au sein des entreprises. C'est ce qu'a promis le chef libéral Philippe Couillard, jeudi, à Sherbrooke.

Ce ministre participerait à la défense et à la promotion des PME.

Philippe Couillard a rappelé que pendant la première moitié de 2013, le Québec a enregistré la moitié des faillites d'entreprises au Canada. « C'est pourquoi il faut accompagner les PME. C'est une priorité. La moitié des emplois au Québec sont dans ces entreprises et 80 % des nouveaux emplois se créeront dans les PME. »

Le chef libéral a dit vouloir réduire le fardeau fiscal qui pèse sur les entrepreneurs et diminuer la « bureaucratie », qui représente des coûts importants pour eux, dit-il. À ce chapitre, les libéraux s'engagent à mettre en place le dossier unique et le guichet unique pour alléger les formalités administratives.

La formation veut faciliter l'accès au capital patient (permettant l'investissent à long terme, qui ne génère pas de profits immédiatement), qui manque aux PME à l'heure actuelle, selon M. Couillard.

Le PLQ promet également de mettre en place un crédit d'impôt de 50 % sur les coûts de services de transport des PME vers les autres provinces et les marchés mondiaux.

Les libéraux veulent aussi offrir une exemption d'impôt sur le gain en capital si un entrepreneur vend sa PME à sa famille ou à un employé, « pour favoriser le transfert des entreprises à des personnes apparentées ». « On évite que quelqu'un de l'extérieur vienne et achète l'entreprise », explique Philippe Couillard.

Un vote pour un tiers parti est un vote pour le PQ, dit Couillard

Le chef libéral a entamé un blitz de fin de campagne, pour se rendre dans plusieurs municipalités de l'Estrie et de la Montérégie. Il plaide pour l'élection d'un gouvernement libéral majoritaire. Il met aussi en garde contre la tentation de voter pour un tiers parti.

« Ce qui est préférable, c'est un gouvernement majoritaire pour la stabilité que ça va donner au cours des quatre prochaines années, la capacité d'agir. Nous avons le plan, l'équipe et l'alternative crédible au Parti québécois. Un vote pour un tiers parti est un vote pour le Parti québécois », a-t-il lancé.

PLUS:rc