NOUVELLES

La populaire vente de jonquilles de la Société canadienne du cancer reprend

03/04/2014 02:10 EDT | Actualisé 03/06/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Même si le printemps est tardif cette année, les jonquilles ont déjà commencé à faire leur apparition.

Jusqu'à dimanche, quelque 20 000 bénévoles tenteront d'en écouler près de deux millions dans la province afin de récolter des fonds pour la Société canadienne du cancer (SCC).

Avec cette vente de fleurs fraîches, cette organisation veut récolter 2,3 millions $ au Québec seulement.

L'animatrice Josée Boudreault, qui est la porte-parole du Mois de la jonquille, souhaite que cet objectif soit atteint car, d'après elle, les membres de l'équipe de la SCC ont bien besoin de fonds pour poursuivre leur mission.

Elle explique qu'ils «font beaucoup de choses comme mettre des projets de recherche en marche, miser sur la prévention et fournir des informations» aux patients et à leurs proches.

Du même souffle, elle ajoute qu'«ils sont aussi là pour prendre la main des gens, pour les épauler».

Mme Boudreault, qui a vu deux des membres de sa famille être emportés par le cancer, juge que ce soutien est extrêmement précieux étant donné qu'à peu près tout le monde est désemparé face à cette maladie.

Elle espère donc que les Québécois seront nombreux à se «joindre à cet élan de solidarité qui est vraiment gros».

Avec un sourire en coin, elle se permet même d'y aller d'une petite recommandation destinée à ceux qui n'ont pas l'intention de se procurer de jonquille.

L'animatrice invite «ces gens à regarder les bénévoles dans les yeux et à les remercier» pour leurs efforts, et ce, même s'ils ne sont pas prêts à sortir leur portefeuille pour les encourager.

Elle rappelle qu'elle a «souvent fait de la sollicitation comme personnalité des médias» et qu'elle a toujours trouvé «très difficile» le fait d'être ignorée par des passants au regard fuyant.

PLUS:pc