INTERNATIONAL

Ianoukovitch et la Russie responsables de la mort de manifestants, selon Kiev

03/04/2014 06:28 EDT | Actualisé 03/06/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
Ukraine's fugitive President Viktor Yanukovych gives a news conference in Rostov-on-Don, a city in southern Russia about 1,000 kilometers (600 miles) from Moscow, Friday, Feb. 28, 2014. Making his first public appearance since fleeing Ukraine, fugitive Ukrainian president Viktor Yanukovych pledged Friday to fight for his country's future but said he will not ask for military assistance. (AP Photo/Pavel Golovkin)

La mort de manifestants en février à Kiev pendant le mouvement de protestation contre le gouvernement de Viktor Ianoukovitch a eu lieu sous la responsabilité « directe » de l'ex-président, ont indiqué jeudi les responsables de la sécurité ukrainienne.

Le procureur général d'Ukraine et les responsables du ministère de l'Intérieur et de la Sécurité publique ont tenu une conférence de presse lors de laquelle ils ont attribué la responsabilité de la mort de plus de 100 personnes à la Berkout, la police antiémeute désormais dissoute.

C'est le président destitué qui a « donné l'ordre criminel », a précisé le ministre de l'Intérieur du gouvernement intérimaire, Arsen Avakov.

Selon l'enquête de son équipe, des agents des services secrets russes sont également impliqués dans la « planification et la mise en oeuvre de la soi-disant opération antiterroriste ».

La Russie a aussitôt démenti cette allégation.

Viktor Ianoukovitch a fui l'Ukraine au lendemain de la journée où ont eu lieu les violences les plus graves le 20 février pour ensuite être évincé par le Parlement.

Auparavant, les services du procureur général avaient annoncé l'arrestation de 12 membres de la Berkout.

Flambée des prix du gaz

La Russie a encore augmenté le prix du gaz vendu à l'Ukraine. Il est passé à 485 $ pour 1000 mètres cubes, en raison de la mise sur pied d'une taxe sur les exportations de gaz. Cela représente une hausse de 26 %.

Mardi, Alexeï Miller, directeur général du monopole russe Gazprom, avait déjà annoncé une flambée des prix de 44 %. De ce fait, la Russie accentue les difficultés économiques de Kiev.

Près de la moitié des importations de gaz russe de l'Union européenne doivent traverser l'Ukraine.

Union eurasienne se forme

De plus, un traité pourrait être signé le mois prochain pour créer l'Union économique eurasienne. Celle-ci rassemblerait la Russie, le Kazakhstan et la Biélorussie.

Vladimir Poutine, le président russe, voulait intégrer l'Ukraine à l'Union. Toutefois, les récents événements en Ukraine ont ralenti cette ambition.

L'Union eurasienne serait un pendant de l'Union européenne.

Moscou s'interroge sur le renforcement militaire de l'OTAN

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a indiqué que d'autres unités russes vont quitter la frontière ukrainienne après que les opérations assignées soient terminées. Un premier bataillon est d'ailleurs déjà retourné sur le lieu de leur déploiement permanent.

Lavrov souligne que les troupes russes peuvent se déplacer à leur guise sur le territoire russe. Le ministre remet aussi en question le renforcement des activités de l'OTAN dans l'est de l'Europe. Il attend une réponse conforme aux règles sur lesquelles ils se sont entendus.

Il demande aussi aux navires américains présents dans la mer Noire de respecter les régulations de délais de présence autorisée pour les bateaux à l'intérieur de cette zone.

« Ces derniers temps, les navires de guerre américains ont plusieurs fois prolongé leur séjour », affirme le ministre Lavrov.

L'OTAN a suspendu toutes ses relations avec la Russie en réponse à l'annexion de la Crimée à Moscou. L'organisation a également demandé à ses spécialistes de trouver des moyens de rassurer les pays d'Europe de l'Est quant aux ambitions expansionnistes russes.

Le commandant en chef de l'OTAN, le général américain Philip Breedlove, a affirmé mercredi que la Russie avait accumulé suffisamment de forces aux frontières ukrainiennes pour envahir l'Ukraine en trois à cinq jours.

INOLTRE SU HUFFPOST

Kiev à feu et à sang: les manifs de février 2014
Tensions entre l'Ukraine et la Russie