NOUVELLES

Fort Hood: le tireur pourrait s'être querellé avec un collègue avant l'attaque

03/04/2014 08:46 EDT | Actualisé 03/06/2014 05:12 EDT

FORT HOOD, États-Unis - Le soldat américain qui a tué trois personnes à la base militaire de Fort Hood, au Texas, pourrait s'être querellé avec un collègue peu de temps avant la fusillade, ont fait savoir les autorités, jeudi.

Selon le commandant de Fort Hood, le lieutenant-général Mark Milley, il est fort possible qu'Ivan Lopez ait eu une altercation avec un ou plusieurs soldats immédiatement avant l'incident de mercredi, qui s'est produit à la même base que la tuerie de 2009.

M. Milley a toutefois ajouté que rien n'indiquait pour le moment que Lopez s'en était pris à des individus en particulier.

Ivan Lopez n'a été témoin d'aucun combat lors de son déploiement de quatre mois en Irak et ne montrait aucun risque de violence avant l'attaque, ont affirmé les autorités.

Le camionneur de 34 ans semblait n'avoir aucun lien avec des groupes extrémistes. Le secrétaire de l'armée américaine, John McHugh, a cependant précisé que les enquêteurs exploraient toutes les hypothèses possibles concernant l'homme originaire de Porto Rico, qui a mis fin à son carnage en se tirant une balle dans la tête.

Un représentant du Scott & White Memorial Hospital s'est dit optimiste, jeudi, qu'aucune des 16 personnes blessées durant l'incident ne mourraient. Les trois patients dans un état critique devraient survivre à leurs blessures et plusieurs autres recevront leur congé sous peu, a indiqué le Dr Matthew Davis.

Quelques heures après la fusillade, les investigateurs ont commencé à examiner le dossier d'Ivan Lopez afin de déterminer s'il souffrait d'un traumatisme psychologique découlant de son séjour en Irak.

Mark Milley a révélé que Lopez avait consulté pour une dépression, de l'anxiété ainsi que d'autres problèmes et qu'il était sous médication.

Parmi les pistes envisagées par les autorités pour expliquer le drame figure la possibilité qu'il ait été provoqué par une querelle.

Jeudi, les enquêteurs ont fouillé la résidence du tireur et questionné sa femme, a annoncé le porte-parole de Fort Hood, Chris Haug.

Selon M. Milley, Ivan Lopez est entré dans un bâtiment de la base mercredi et a commencé à tirer avec une arme semi-automatique. Il est ensuite monté dans un véhicule tout en continuant de tirer puis a pénétré dans un autre édifice.

La police militaire a fini par le confronter dans un stationnement. Alors qu'il se trouvait à six mètres de l'un des agents, le suspect a levé les mains avant de saisir un pistolet dissimulé dans sa veste, de coller le canon sur sa tête et d'appuyer sur la détente une dernière fois.

Lopez a grandi à Guayanilla, une petite ville située dans le sud-ouest de Porto Rico. Il s'est joint à la Garde nationale de l'île en 1999 et a participé à une mission de paix dans la péninsule égyptienne du Sinaï au milieu des années 2000. Il s'est enrôlé dans l'armée américaine en 2008.

L'homme n'a vu aucun combat au cours de son passage en Irak comme chauffeur de camion en 2011. Ses états de service montrent qu'il n'a jamais été blessé.

Ivan Lopez avait été transféré de Fort Bliss, au Texas, à Fort Hood en février.

Le mois dernier, il avait vu un psychiatre, mais ne semblait présenter aucun risque pour les autres ou lui-même, selon le secrétaire de l'armée.

La fusillade de mercredi a ravivé le souvenir de celle survenue à Fort Hood en 2009, l'attaque la plus mortelle à s'être produite sur une base militaire située en sol américain de l'histoire des États-Unis. Treize personnes avaient été tuées et une trentaine d'autres blessées.

Le psychiatre militaire Nidal Hasan a été reconnu coupable l'an dernier relativement à cet assaut. Il a soutenu avoir ouvert le feu pour protéger les insurgés islamistes à l'étranger de l'agression américaine.

PLUS:pc