NOUVELLES

Echange de cadeaux et d'amabilités entre François et Elisabeth II

03/04/2014 12:05 EDT | Actualisé 03/06/2014 05:12 EDT

Pour leur première rencontre, le pape François et la reine Elisabeth II ont échangé amabilités et cadeaux devant quelques journalistes, avant et après un tête-à-tête d'une vingtaine de minutes.

"Welcome", lance le pape argentin en anglais à l'arrivée de la reine d'Angleterre, 87 ans, et son époux, le prince Philip, 92 ans.

"Désolée de vous avoir fait attendre. Nous avions un déjeuner charmant avec le président", s'excuse la souveraine, arrivée avec une vingtaine de minutes de retard.

Elisabeth II, dans une tenue lilas - preuve indéniable que l'entretien est très informel, le protocole voudrait qu'elle fût vêtue de noir face au pape -, semble s'excuser à nouveau en offrant deux photos encadrées d'elle-même et de son mari. "Je crains que nous ne devions vous donner ces photos. C'est incontournable", dit-elle.

Mais elle offre également à François un panier de produits provenant du Palais de Buckingam, du château de Windsor, des résidences de Balmoral et de Sandringham : du miel, du cidre, du pain, des oeufs, des confitures.... "J'ai apporté quelque chose de chacune de nos propriétés", précise-t-elle.

"J'ai aussi apporté ça pour vous personnellement", ajoute le duc de Windsor en tendant au pape, un peu surpris, une bouteille de whisky écossais de Balmoral et une autre de jus de pomme.

Mais François n'est pas en reste. Il offre à Sa Majesté le facsimile d'un document précieux, conservé au Vatican, en vertu duquel le culte de Saint-Edouard le Confesseur, ancêtre de la famille royale anglaise et fondateur de l'Abbaye de Westminster où il est enterré, fut étendu à l'Eglise universelle en 1679, par le pape Innocent XI.

"Comme c'est intéressant ! c'est très gentil", réagit la reine.

Le pape lui tend alors un orbe royal - un globe bleu en lapis-lazuli surmonté d'une croix en argent -, en glissant en espagnol : "c'est pour le petit bébé". A la base de l'objet est inscrit : "Pape François pour son altesse royale le prince George de Cambridge".

En recevant l'austère cadeau à l'attention de son petit-fils, la reine ne se départ bien évidemment pas de sa courtoisie. "Il sera absolument ravi... quand il sera un petit peu plus grand".

Au duc d'Edimburg, le pape offre un triptyque de médailles du pontificat. Réponse pleine d'humour du prince : "c'est la première médaille d'or que j'aie jamais reçue".

jlv-mle/sym

PLUS:hp