NOUVELLES

C1 - Le Paris SG y croit, même sans Ibra

03/04/2014 07:40 EDT | Actualisé 03/06/2014 05:12 EDT

Le Paris SG est tout proche d'une qualification pour les demi-finales de la Ligue des Champions après sa victoire 3-1 contre Chelsea, mais la blessure d'Ibrahimovic inquiète avant une fin se saison chargée d'enjeux.

Il y a comme un paradoxe à voir le club de la capitale se préoccuper de la sortie de celui qui a été le plus mauvais des Parisiens mercredi au Parc des Princes, mais "Zlatan" n'est pas un joueur comme les autres dans le projet PSG.

Car même si le match aller face à Chelsea a confirmé que son influence baissait à la très haute altitude des rencontres à élimination directe de Ligue des Champions, le Suédois, avec ses 40 buts en 43 matches cette saison, reste l'atout offensif N.1 du PSG et son poids psychologique sur son équipe est considérable.

Alors que le président parisien Nasser Al-Khelaïfi a évoqué une absence probable de "quelques semaines", la question de la fin de semaine va donc être de savoir pendant combien de temps exactement Laurent Blanc devra faire sans Ibra, qui doit passer des examens vendredi.

La façon dont le Suédois a interrompu sa course puis son geste de la main, semblant mimer un coup de poignard, laissent penser à un claquage.

Si c'est le cas, il sera absent au minimum quatre semaines et manquera plusieurs grands rendez-vous: le match retour à Chelsea, une éventuelle demi-finale de C1 (aller les 22 et 23 avril, retour les 29 et 30 avril) et la finale de la Coupe de la Ligue contre Lyon le 19 avril au Stade de France.

S'il ne s'agit que d'une élongation, le Suédois pourrait manquer une à deux semaines de compétition, mais quel que soit le diagnostic, sa présence mardi à Stamford Bridge semble très improbable.

- Cavani retrouve l'axe -

"C'est compliqué. On va attendre et espérer que ce ne soit pas trop grave", a déclaré Thiago Motta en zone mixte après la partie.

"Ca ne sent pas bon, on est triste pour lui. Il a tellement donné à l'équipe, c'est maintenant à nous de lui donner la possibilité de continuer la route avec nous en C1", a de son côté promis Maxwell, son plus proche ami dans le vestiaire parisien.

Si elle est problématique à moyen et long terme, l'absence d'Ibrahimovic ne semble en revanche pas insurmontable au moment de finir le travail mardi contre Chelsea.

Sa victoire de l'aller a confirmé l'idée d'une montée en puissance du club parisien et les joueurs de Laurent Blanc ont désormais d'excellentes cartes en main pour se hisser dans le dernier carré européen.

"Ce qui est important, c'est que je pense que Chelsea va être obligé d'attaquer. Ca va nous permettre à notre tour d'avoir des contres, même si notre philosophie c'est avoir le ballon", a ainsi déclaré l'entraîneur parisien après le match.

Paris va en effet pouvoir laisser les Blues se découvrir un peu plus que ce qu'ils ont l'habitude de faire et miser sur la vitesse de Lavezzi, renversant mercredi, et de Lucas, auteur d'une très bonne entrée avec notamment un rush impressionnant à la 74e minute.

Et en pointe, Cavani va retrouver l'axe et les responsabilités qui vont avec.

"Je n'aurai pas plus la responsabilité de marquer, je l'ai déjà à chaque match", a pourtant affirmé l'Uruguayen mercredi. L'ancien Napolitain, qui joue à l'envers depuis plusieurs semaines, est en tous cas attendu dès mardi à Londres.

stt/pgr/chc

PLUS:hp