Le maire de Montréal, Denis Coderre, veut éliminer 2700 postes dans la fonction publique montréalaise au cours des cinq prochaines années afin de réinvestir dans les infrastructures. Pendant cette période, 500 postes seront aussi créés.

Cette mesure a été annoncée jeudi dans le cadre d'une réforme administrative visant à rendre l'organisation de la ville plus performante.

La réduction de personnel fera économiser quelque 2 milliards de dollars à la Ville au cours des 10 prochaines années.« Il est temps de reprendre le contrôle de la main-d'oeuvre de la ville qui occupe plus de 50 % du budget », a déclaré M. Coderre.

Le maire Coderre souligne que personne ne perdra son emploi puisque l'administration procédera par attrition.

Par ailleurs, l'administration montréalaise prévoit créer 100 nouveaux emplois par années au cours des cinq prochaines années. Le nombre d'emplois diminuerait ainsi de 2200 emplois.

La ville a aussi choisi d'adopter un programme d'immobilisations sur un horizon de 10 ans, suivant ainsi une recommandation semblable faite au gouvernement du Québec à l'égard de son programme québécois des infrastructures.

Par cette mesure, Montréal compte prendre le temps de bien planifier les projets pour atteindre une meilleure réalisation dans les coûts et dans les délais. Cela permettra également à la ville de planifier l'évolution et le financement de la dette à long terme.

Avec La Presse Canadienne.

Loading Slideshow...
  • Jeune politicien

    Denis Coderre a tenté sa chance en politique dès l'âge de 25 ans. En 1988, le jeune candidat libéral est défait par Gaby Larrivée, le candidat progressiste-conservateur dans la circonscription de Joliette. Il sera à nouveau battu lors d'une partielle par Gilles Duceppe, du Bloc Québécois, dans la circonscription de Laurier-Sainte-Marie, à Montréal. Denis Coderre tentera ensuite sa chance dans la circonscription de Bourassa où il sera élu à sa deuxième tentative, en 1997.

  • Commission Gomery

    Denis Coderre le répète à qui veut l'entendre: il n'a pas été blâmé par le rapport de la commission Gomery. L'enquête sur le scandale des commandites a tout de même révélé qu'il entretenait des relations étroites avec plusieurs acteurs de ce détournement de fonds publics. Le journaliste Normand Lester<a href="http://fr-ca.actualites.yahoo.com/blogues/la-chronique-de-normand-lester/l-irresistible-ascension-de-denis-coderre-comme-boss-de-montreal-132853114.html" target="_blank"> rappelait dans une chronique</a> qu'il a travaillé pour le Groupe Polygone «le plus important récipiendaire des contrats du programme des commandites». Denis Coderre a aussi bénéficié pendant six semaines du condo de son ami Claude Boulay, du Groupe Everest, en plus d'accepter des billets pour une loge au Centre Bell du publicitaire Jean Lafleur, condamné dans le scandale des commandites.

  • Il a déjà vu un OVNI

    Dans un <a href="http://archives.radio-canada.ca/sciences_technologies/phenomenes_inexpliques/dossiers/786-4720/" target="_blank">reportage de Radio-Canada</a>, un jeune Denis Coderre nous explique avoir aperçu un OVNI lors de ses observations du ciel. La vidéo a été diffusée en 1979, alors que le futur politicien était âgé de 16 ans.

  • Il voulait être premier ministre

    Denis Coderre affirme depuis ses années en Sciences politiques à l'Université de Montréal qu'il sera un jour premier ministre du Canada. En 2009, quelques jours après avoir démissionné de son poste de lieutenant au Québec de Michael Ignatieff, <a href="http://www.lapresse.ca/actualites/politique-canadienne/200911/11/01-920810-denis-coderre-veut-diriger-le-parti-liberal.php" target="_blank">il annonçait</a> qu'il souhaitait se présenter éventuellement à la chefferie du Parti libéral du Canada. Il a finalement dû s'incliner devant la popularité de Justin Trudeau.

  • Réalisations

    Au début de sa carrière de député, Denis Coderre a occupé le poste de secrétaire d'État aux sports amateurs. C'est en grande partie grâce à lui que Montréal accueillera le siège international de l'Agence mondiale antidopage. Par la suite, le «bouillant député», comme on le surnomme, a été ministre de l'Immigration, de la Francophonie, en plus de gérer le règlement des questions des pensionnats autochtones.

  • Vedette sur Twitter

    On sait tous que Denis Coderre est un grand utilisateur de Twitter. L'ex-député compte plus de 100 000 abonnés sur le site de micro-blogues. Mais saviez-vous le politicien a même inventé son propre «hastag» pour suivre les matchs du Canadien de Montréal? En effet, il est possible suivre les matchs du Canadien en sa compagnie grâce au mot-clé: #HabsDC.


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?