NOUVELLES

Un joueur de foot sur quatre souffre d'anxiété ou de dépression, selon FIFPro

02/04/2014 10:27 EDT | Actualisé 02/06/2014 05:12 EDT

LONDRES - Un joueur de foot professionnel sur quatre dit souffrir de symptômes d'anxiété et de dépression, selon une nouvelle étude explorant un aspect peu connu de ce sport, la santé mentale.

Les joueurs de foot à la retraite ont affiché des signes encore plus inquiétants de troubles mentaux, alors qu'un ex-athlète sur trois a dit souffrir d'anxiété ou de dépression.

Environ 300 footballeurs toujours actifs ou à la retraite — en provenance de la MLS, des Pays-Bas, de l'Écosse, de l'Irlande, de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande — ont participé à l'étude réalisée pour le compte de FIFPro, le syndicat international des joueurs.

Bien qu'un bon nombre de données scientifiques ont été colligées sur les blessures physiques des joueurs, on a fait peu de recherches jusqu'ici sur leur santé mentale et les troubles mentaux demeurent un tabou dans le monde du foot, a noté le médecin en chef de FIFPro, Vincent Gouttebarge.

«Il y a assurément un côté obscur du football professionnel, a-t-il déclaré en entrevue. Nous ne parlons pas des troubles mentaux dans le football. Il s'agit d'une culture plutôt macho, alors les gens n'en parlent pas.»

Selon Gouttebarge, les données de l'étude laissent entendre que les joueurs de foot ne sont pas davantage à l'abri des troubles mentaux que d'autres jeunes gens au sein de la population générale, malgré leur renommée et leur situation financière supérieure à la moyenne.

«Contrairement à ce que les gens peuvent penser, les joueurs de foot professionnel souffrent de problèmes psychologiques comme les autres couches de la population», a souligné Gouttebarge.

Chez les 180 joueurs de foot actifs qui ont répondu au long questionnaire, 10 pour cent d'entre eux ont signalé la présence de symptômes de détresse psychologique, cinq pour cent ont dit souffrir de symptômes d'épuisement professionnel et trois pour cent ont dit avoir des problèmes d'estime de soi. Près de 20 pour cent des participants ont reconnu avoir des problèmes d'alcoolisme, et sept pour cent d'entre eux ont dit fumer.

Les 121 anciens joueurs qui ont répondu au sondage ont, en moyenne, connu des carrières de 12 ans et sont à la retraite depuis au moins cinq ans. Quinze pour cent d'entre eux ont fait état de signes d'épuisement professionnel et 18 pour cent, de signes de détresse psychologique. Un sur trois a dit avoir des problèmes d'alcoolisme, 12 pour cent d'entre eux fument et 39 pour cent ont dit souffrir d'anxiété et de dépression.

PLUS:pc