NOUVELLES

Tramway : le maire de Québec songe à d'autres avenues

02/04/2014 04:57 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

Le maire de Québec, Régis Labeaume, remet en doute l'idée qu'un tramway soit indispensable pour la capitale et propose de nouvelles avenues.

Lors d'un discours sur la mobilité durable, prononcé mercredi dans le cadre du congrès de l'Association québécoise des transports, le maire Labeaume a notamment évoqué un système de service rapide d'autobus, surnommé SRB.

Le système régulier ou hybride pourrait être implanté à la place ou en attendant l'installation d'un tramway, qui pourrait prendre de 12 à 15 ans. Le maire croit que de tels systèmes doivent faire partie des projets à considérer. 

« Le tramway, oui, mais... à condition d'avoir considéré toutes les avenues et d'avoir analysé le pour et le contre de toutes les possibilités et ce n'est qu'après avoir fait le tour du jardin que nous serons à même d'enlever les trois points de suspension », a déclaré le maire.

L'étude de faisabilité du tramway, qui est en cours, analysera la question.

M. Labeaume s'inspire de son passage à Los Angeles où le service SRB a réussi à convertir de nombreux usagers de la route au transport en commun.

Le système de covoiturage mis en place aux États-Unis semble aussi une solution avantageuse pour diminuer la congestion routière, a mentionné le maire comme il l'avait fait un peu plus tôt.

Prêt pour le tramway

Alexandre Turgeon, directeur du Conseil régional de l'environnement, se dit ouvert à la possibilité du SRB et à l'implantation de nouveaux axes pour le service rapide d'autobus, mais demeure convaincu que le tramway a sa place à Québec.

« On a implanté à Québec le Métrobus au début des années 1990 en disant : "on va voir si ça marche avant d'implanter un tramway." C'était ça la ligne à l'époque. Ça marche, nos Métrobus 800, 801 sont saturés à 57 000 passagers par jour. Dans d'autres villes ailleurs dans le monde, c'est entre 25 000 et 35 000 passagers qu'on passe du mode autobus au mode tramway », fait-il valoir.

Il affirme de plus que l'élaboration de plans et devis de même que la construction d'un tramway qui a été mis en service en 2012 à Dijon, en France, a nécessité non pas 12, mais 6 ans.

Le Conseil régional de l'environnement déplore par ailleurs que le maire s'inspire de Los Angeles, une ville reconnue comme une ville de l'automobile, pour développer son Plan de mobilité durable.

Les résultats de l'étude de faisabilité sur le tramway seront rendus publics d'ici la fin de l'année.

PLUS:rc