POLITIQUE

Prime de départ : Gaétan Barrette doit rembourser ou partir, selon François Legault

02/04/2014 10:02 EDT | Actualisé 02/06/2014 05:12 EDT
PC

MONTRÉAL - Philippe Couillard vient de prouver qu'il préfère défendre la cagnotte de son candidat-vedette Gaétan Barrette plutôt que de protéger les contribuables, a accusé le chef caquiste François Legault, mercredi.

Le leader du Parti libéral du Québec (PLQ) a dit être à l'aise avec l'indemnité de départ de 1,2 million $ encaissée par son candidat-vedette, Gaétan Barrette, en quittant la présidence de la Fédération des médecins spécialistes. La prime a été accordée à même la cotisation des membres, qui est déductible d'impôts, a rappelé le chef caquiste en soulignant que tous les contribuables avaient donc financé la rondelette somme.

«On a payé tous ensemble 530 000 $ sur la prime de 1,2 million $ du Dr Barrette, a affirmé M. Legault en fin de journée dans un point de presse à Montréal. Quand je regarde la réaction de M. Couillard, il est plus intéressé à défendre le compte de banque de Gaétan Barrette que le portefeuille des Québécois. Cela est inacceptable, il en paiera le prix lundi prochain (le jour du scrutin).»

Plus tôt, M. Legault avait laissé un choix à son adversaire libéral: soit Gaétan Barrette rembourse l'indemnité, soit il doit être expulsé de l'équipe libérale.

Selon le chef caquiste, M. Couillard vient ainsi de manquer une autre belle occasion de prouver aux Québécois qu'il a du jugement, outre ses liens avec Arthur Porter, l'ancien patron du Centre universitaire de santé McGill accusé de fraude. Au dire de François Legault, les Québécois ont raison de se poser des questions sur le jugement du leader libéral.

«On pourrait parler de plein d'autres exemples, mais moi, j'ai des doutes sur le jugement de M. Couillard», a-t-il dit en conférence de presse à L'Assomption en matinée, en précisant que le jugement est une des qualités requises d'un chef politique.

François Legault trouve «totalement inacceptable» l'indemnité de départ, notamment en raison du fait qu'elle provient de cotisations syndicales, qui sont déductibles d'impôts.

«M. Couillard trouve-t-il cela raisonnable, 1,2 million $? Moi, je ne trouve pas ça raisonnable», a-t-il dit.

Le chef caquiste s'est par ailleurs demandé si M. Barrette pourrait véritablement être neutre et objectif dans ses relations avec les médecins spécialistes s'il devenait un jour ministre de la Santé.

«Est-ce que M. Barrette a reçu les 1,2 million $ pour services passés ou pour faveurs futures? a-t-il demandé. Pour quelqu'un qui aspire à être ministre de la Santé, accepter 1,2 million du syndicat avec lequel il va négocier, c'est aussi inacceptable.»

François Legault était dans sa circonscription de L'Assomption mercredi matin pour parler de son «obsession» qu'est l'économie. Espérant que les Québécois le suivront dans cette obsession, il s'est engagé à produire, s'il forme le gouvernement, un bulletin économique mensuel sur la situation économique du Québec.

Son bilan mensuel contiendrait notamment cinq indicateurs: l'évolution du produit intérieur brut, les données de l'investissement privé, la balance commerciale, les chiffres de l'emploi ainsi que les salaires.

S'il était premier ministre, il présenterait son bulletin une fois par mois en le comparant à ses objectifs.

«Je ne déléguerai pas ça à personne d'autre, ça va être le premier ministre du Québec qui, une fois par mois, va faire le point, va être complètement transparent, en disant: voici nos objectifs, voici nos résultats, on est bon ou on n'est pas bon, où a-t-on des efforts à faire, et quel est le plan.»

Le directeur parlementaire du budget, la fonction que veut aussi créer la CAQ, participera aussi à la mise à jour des données.

Le chef caquiste s'est désolé de l'écart de richesse entre le Québec et le reste du Canada, un écart qui est passé de 17 pour cent à 23 pour cent en 10 ans.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les pancartes détournées de la campagne électorale