NOUVELLES

Osisko s'entend avec Yamana Gold, qui fait office de chevalier blanc

02/04/2014 12:28 EDT | Actualisé 02/06/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Visée par une offre d'achat hostile de Goldcorp (TSX:G), Corporation minière Osisko (TSX:OSK) a finalement trouvé son chevalier blanc, ce qui permettra à la société aurifère québécoise de conserver son siège social dans la province.

L'entreprise établie à Montréal a ainsi accepté mercredi de vendre un intérêt de 50 pour cent de ses actifs miniers et d'exploration à Yamana Gold (TSX:YRI) dans le cadre d'une entente complexe établissant la valeur d'Osisko à environ 3,4 milliards $.

En vertu de l'entente, qui implique la Caisse de dépôt et de placement du Québec (CDPQ) et l'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC), l'entreprise torontoise deviendrait un partenaire à parts égales dans tous les actifs miniers et d'exploration d'Osisko — incluant son principal gisement de Malartic, en Abitibi-Témiscamingue.

«Ça nous permet de maintenir notre équipe en place pour poursuivre notre progrès, a expliqué en entrevue le chef de la direction financière d'Osisko, Bryan Coates. Nous créons plus de valeur qu'avec l'offre de Goldcorp tout en continuant d'exécuter notre plan de match.»

Yamana Gold fera ainsi l'acquisition de la moitié des actifs miniers et d’exploration d’Osisko pour une contrepartie de 441,5 millions $ en espèces et de 95,7 millions d’actions ordinaires.

En vertu de l'entente, les actionnaires de la minière établie à Montréal recevront 2,194 $ en espèces, 0,2119 action de Yamana et une nouvelle action d'Osisko. La minière québécoise évalue l'offre à 7,60 $ par action.

De son côté, Goldcorp avait offert aux actionnaires d'Osisko un montant en espèces de 2,26 $ et 0,146 action de Goldcorp en échange de chaque action de l'entreprise québécoise, pour une valeur d'environ 6,21 $ par action, selon les cours à la clôture des marchés mardi.

D'après Osisko, la transaction avec l'entreprise établie à Toronto permettra de distribuer approximativement 1 milliard $ à ses actionnaires.

L'entente avec Yamana Gold devra être approuvée lors d'un vote qui doit se tenir au plus tard le 20 mai prochain par les deux tiers des actionnaires et détenteurs d'options d'Osisko.

Seulement environ la moitié de l'argent de la transaction viendra directement de Yamana, puisque le reste proviendra de la CDPQ et de l'OIRPC, qui devraient injecter chacun 275 millions $ dans Osisko.

La Caisse investira dans un «contrat de fourniture d'or», alors que le mandat de l'Office sera d'augmenter la facilité de crédit de la minière établie au Québec. La CDPQ et Investissement Québec vont également convertir en débentures leurs actions d'Osisko, dont la valeur est estimée à 75 millions $.

«Cette transaction nous permet d'entrer dans une nouvelle juridiction nord-américaine de calibre mondial, a quant à lui indiqué le directeur général de l'entreprise torontoise, Peter Marrone. Elle amène une augmentation immédiate de notre production et une amélioration de notre structure de coûts déjà avantageuse.»

L'entente donne le droit à Goldcorp de bonifier son offre pour Osisko, mais jusqu'ici, le géant aurifère établi en Colombie-Britannique a indiqué avoir besoin de temps et «fournira des commentaires au moment jugé opportun».

Entre-temps, Goldcorp a accès aux informations confidentielles de la minière québécoise avant de prendre une décision finale dans ce dossier. Si une offre supérieure devait être présentée pour la minière québécoise, Yamana Gold aura le droit de l'égaler.

Réunis à Montréal, les ténors de l'équipe économique du Parti québécois — Nicolas Marceau, Pierre Karl Péladeau et Simon Prévost — ont tous salué la décision de la Caisse d'intervenir dans ce dossier.

«Nous avons été très clairs sur le fait que le développement économique du Québec nous tenait à coeur (et) que la Caisse devait agir en ce sens, a dit M. Marceau, ministre des Finances sortant. M. (Michael) Sabia (pdg de la Caisse), depuis notre arrivée, a très bien compris nos orientations.»

M. Marceau a également souligné un changement important dans la mission de la CDPQ, qui, selon lui, reflète une «compréhension mutuelle» des orientations qui sont importantes pour le Québec.

L'annonce de cette transaction a galvanisé le titre d'Osisko, qui a terminé la séance à la Bourse de Toronto en hausse de plus de 6,8 pour cent, ou 47 cents, à 7,35 $. De son côté, l'action de Yamana Gold a retraité de 2,37 pour cent, ou 23 cents, à 9,48 $, alors que le titre de Goldcorp a gagné 53 cents, ou 1,96 pour cent, à 27,61 $.

PLUS:pc