NOUVELLES

Opération nettoyage au Chili après un violent séisme

02/04/2014 07:37 EDT | Actualisé 02/06/2014 05:12 EDT

Les habitants des régions côtières chiliennes qui ont été évacués à la suite d'une alerte au tsunami ont commencé à rentrer chez eux au lendemain du tremblement de terre qui a fait au moins six morts, selon un bilan provisoire.

Plus de 900 000 personnes ont dû évacuer leur domicile en catastrophe mardi soir par crainte du déferlement d'un tsunami sur les côtes du pays à la suite d'un tremblement de terre d'une magnitude de 8,2. 

La secousse, dont l'épicentre se situait dans le Pacifique, à une centaine de kilomètres du port d'Iquique, a fait craindre le pire aux autorités chiliennes et des pays voisins, qui ont lancé mardi une vaste alerte au tsunami dans les régions côtières du nord du pays.

Vagues de deux mètres

Quarante-cinq minutes après la secousse, des vagues de deux mètres ont été observées sur la côte chilienne, mais les dégâts sont légers. Les six personnes qui ont perdu la vie ont été victimes de l'effondrement de bâtiments ou encore de crises cardiaques, rapportent les autorités chiliennes.

Des glissements de terrain ont été signalés à certains endroits, et des débris bloquent des routes et des chemins de fer. Plusieurs dizaines de détenus d'une prison d'Iquique ont également profité de la cohue suivant le séisme pour s'enfuir.

La présidente Michelle Bachelet a décrété l'état de catastrophe naturelle dans les deux régions du nord du pays, les plus touchées par le séisme. Mme Bachelet a promis aux Chiliens, lors d'une allocution télévisée, de « travailler aussi longtemps que nécessaire pour faire face à cette urgence ».

Le port d'Iquique, point le plus rapproché de l'épicentre du séisme, est situé environ 1500  km au nord de la capitale chilienne, Santiago, où le séisme n'a pas été ressenti.

PLUS:rc