POLITIQUE

Manifestation de l'ASSÉ aujourd'hui

02/04/2014 03:00 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT
PC

Des milliers d'étudiants ont manifesté aujourd'hui à Montréal contre les mesures d'austérité du gouvernement Marois, à l'appel de l'Association pour une solidarité syndicale (ASSÉ).

Pendant plus de deux heures, la manifestation s'est déroulée dans une ambiance bon enfant, mais la situation a tourné à l'affrontement vers 17 h. La police a procédé à six arrestations, « toutes reliées à des actes criminels ».

Les incidents ont débuté lorsque les manifestants ont lancé des projectiles aux policiers qui ont répliqué à coups de bombes assourdissantes et de gaz lacrymogènes. Il y aurait eu des blessés.

Dès le départ, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM)  avait décrété que la manifestation était illégale, les organisateurs ayant refusé de donner aux policiers leur itinéraire. Les marcheurs sont partis de la place Émilie-Gamelin. Avant même que la foule ne se mette en marche, les policiers ont procédé à deux arrestations, qu'ils ont qualifiées de « préventives ». 

Ensuite, les manifestants ont déambulé pacifiquement, arborant des banderoles et scandant des slogans, sous l'oeil attentif des forces de l'ordre, présentes en grand nombre.

« On cherche des solutions très simples et très claires pour améliorer le bien commun », a déclaré Justin Arcand, porte-parole de l'ASSÉ.

À l'instar d'autres jeunes participants, M. Arcand a déploré que, depuis le printemps érable, peu de changements fondamentaux aient été apportés. Justin Arcand affirme que, durant l'actuelle campagne électorale, plus d'attention a été accordée à la crédibilité des chefs de partis qu'aux questions qui touchent les gens de près comme la hausse des tarifs des services publics et de l'électricité, de même que des frais de scolarité.

Les manifestants sont tenus de rendre leur itinéraire public en vertu d'un règlement de la Ville de Montréal.« C'est important d'avoir un itinéraire clair, le point de départ, le point d'arrivée. Sinon, tu t'exposes à une intervention policière », explique Michel Martin, policier à la retraite et analyste. Les contrevenants s'exposent à des accusations criminelles.

Rappelons qu'il y a deux ans, le printemps érable avait entraîné la suspension des cours de nombreux cégeps et universités. Les étudiants manifestaient alors contre la hausse des frais de scolarité annoncée par le gouvernement libéral de Jean Charest. Les associations membres de l'ASSÉ avaient dès lors commencé à manifester contre les mesures d'austérité du gouvernement en place. La commission Ménard a ensuite été mise sur pied pour étudier la suite des événements de 2012.

En ce qui a trait au rassemblement d'aujourd'hui, les organisateurs assurent qu'elle n'est en rien liée à la campagne électorale en cours.Les manifestants viennent d'un peu partout dans le province.

INOLTRE SU HUFFPOST

La manif du 27 avril à Montréal