NOUVELLES

Les aînés interpellent les prochains élus

02/04/2014 03:59 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

Les représentants d'organismes qui oeuvrent auprès des aînés ont manifesté mercredi à Montréal pour demander au prochain gouvernement d'être à l'écoute de la sécurité des aînés, tant économique que physique.

Devant le bureau du coroner en chef, ils ont aussi pris un moment de recueillement pour les familles et les victimes de l'incendie survenu à la résidence du Havre, à L'Isle-Verte, en janvier dernier.

L'Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR), l'Alliance des associations des retraités (AAR) et le Regroupement des syndicalistes à la retraite (RSR) comptaient parmi les groupes présents.

Le président de l'AQDR, Louis Plamondon, interpelle les élus sur la fermeture sauvage de résidences privées et demande que le signalement des décès des personnes âgées soit établi à partir de l'avis de décès pour que davantage de décès passent par le bureau du coroner.

Cette demande se base sur les « multiples abus et négligences contre les aînés et leur dignité dans les établissements de long séjour; 64 % des accidents, parfois mortels, dans le réseau de la santé et des services sociaux concernent des personnes de 65 ans et plus, généralement en CHSLD », rapportent les associations.

« On a découvert ces dernières années que les aînés ne sont pas traités également face au droit à la vie. On a vu à la suite de L'Isle-Verte qu'il y a 40-50 % des résidences qui n'ont pas de gicleurs, on a découvert que 20 % des CHSLD n'ont pas de gicleurs, que beaucoup de résidences ne sont pas à niveau pour la sécurité incendie la nuit. Alors cela a mis au jour le risque de l'insécurité dans certaines populations de personnes âgées », explique Louis Plamondon.

PLUS:rc