NOUVELLES

La FIFA interdit à Barcelone d'embaucher de nouveaux joueurs la saison prochaine

02/04/2014 09:51 EDT | Actualisé 02/06/2014 05:12 EDT

Barcelone s'est vu interdire par la FIFA d'embaucher de nouveaux joueurs en vue de la prochaine saison, après que le club espagnol eut été déclaré coupable d'avoir plusieurs fois violé les règles en matière de transferts.

Cette sanction sévère, qui s'étend sur les périodes de transfert de l'été prochain et du mois de janvier à venir, découle d'une enquête concernant l'embauche par le Barça de joueurs âgés de moins de 18 ans.

La FIFA a découvert que l'embauche de 10 joueurs — qu'elle n'a pas nommés — a violé ses règles concernant la protection des athlètes d'âge mineur. Une amende de 450 000 francs suisses (509 000 $) a été imposée au Barcelone, à qui on a donné 90 jours «pour régulariser la situation de tous les joueurs mineurs concernés».

La FIFA a aussi jugé que la Fédération de football d'Espagne a violé ses règles en matière d'enregistrement de joueurs mineurs, et elle lui a imposé une amende de 500 000 francs suisses (565 500 $).

La FIFA a souligné que «l'intérêt de protéger le développement sain et approprié d'un mineur globalement doit prévaloir sur les purs intérêts sportifs».

La punition, qui empêche Barcelone d'embaucher de nouveaux joueurs jusqu'à l'été 2015, pourrait être laissée en suspens si le club dépose un appel. Le club aurait peut-être besoin de s'entendre avec un gardien de remplacement, alors que Victor Valdes sera à l'écart du jeu pendant sept mois après avoir subi une opération au genou, tandis que la défensive centrale a besoin d'un partenaire de bon niveau pour Gerard Piqué.

Les sanctions risquent de souiller davantage l'image de cette institution de football catalane, qui appartient à ses membres et se targue d'être «plus qu'un club». L'organisation doit par ailleurs continuer de composer avec les effets découlant de l'embauche de Neymar.

Le président de Barcelone Sandro Rosell a soudainement remis sa démission en janvier, alors qu'il fait l'objet d'une poursuite en justice après qu'on l'eut accusé de cacher le véritable coût du transfert de Neymar en provenance du club brésilien Santos. En février, Barcelone a versé 13,55 millions d'euros (18,6 millions $ à l'époque) au fisc espagnol afin de compenser les anomalies observées durant la gestion du transfert, tout en niant avoir commis une fraude.

PLUS:pc