NOUVELLES

La croissance moyenne de l'économie de l'Ontario serait de 2,1 % sur 20 ans

02/04/2014 04:52 EDT | Actualisé 02/06/2014 05:12 EDT

TORONTO - L'économie de l'Ontario, plombée par une réduction de la main-d'oeuvre et le vieillissement de la population, devrait croître à un rythme moindre qu'à l'échelle nationale et aux États-Unis au cours des deux prochaines décennies, indique un rapport dévoilé mercredi.

Le rapport, dévoilé par le ministre des Finances, Charles Sousa, prédit une croissance économique moyenne de 2,1 pour cent en Ontario entre 2014 et 2035, comparativement à 2,2 pour cent à l'échelle nationale, 2,4 pour cent aux États-Unis et 3,1 pour cent dans le monde.

Le nombre de personnes âgées en Ontario devrait quasiment doubler, à 4,1 millions d'ici 2035, une situation qui accentuera la pression sur les services publics, particulièrement les soins de santé, les services sociaux et les infrastructures, indique le document.

M. Sousa a affirmé que le budget provincial des libéraux devant être déposé dans les prochaines semaines établirait les assises pour commencer à s'attaquer à ces défis, ajoutant croire qu'il fallait «commencer à réfléchir en dehors du cadre des cycles électoraux».

Le Parti progressiste-conservateur a critiqué le rapport, disant croire qu'il est utilisé par les libéraux pour justifier l'ajout de milliards de dollars en dépenses dans le prochain budget et de retenues sur le salaire pour soutenir un régime de retraite provincial.

Le rapport conclut que l'amélioration des revenus de retraite sera cruciale pour l'économie. Il semble ainsi soutenir la création, souhaitée par les libéraux, d'un régime de retraite de l'Ontario dans l'éventualité où le gouvernement fédéral continuerait de refuser de bonifier le Régime de pensions du Canada, une solution privilégiée par la province.

Le document indique aussi que l'immigration deviendra la principale source de croissance de la main-d'oeuvre en Ontario, une situation qui justifierait le désir des libéraux provinciaux d'obtenir d'Ottawa des pouvoirs similaires à ceux du Québec dans la sélection des immigrants.

PLUS:pc