NOUVELLES

La composition du nouveau gouvernement de Manuel Valls a été annoncée

02/04/2014 06:16 EDT | Actualisé 02/06/2014 05:12 EDT

PARIS - Le président français Francois Hollande a approuvé mercredi la composition d'un nouveau gouvernement dont fera partie son ex-compagne Ségolène Royal.

Mme Royal a été nommée ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie dans ce gouvernement du nouveau premier ministre Manuel Valls. L'ancienne candidate socialiste à la présidence a eu quatre enfants avec François Hollande.

La composition du nouveau gouvernement a été annoncée au terme de discussions entre MM. Hollande et Valls, après que le Parti socialiste ait encaissé une dégelée lors des élections municipales de dimanche dernier.

Le retour de Mme Royal au sein du gouvernement met fin à un long exil politique. Elle avait disputé, sans succès, la présidence à Nicolas Sarkozy en 2007. Elle avait ensuite été ignorée lors de la composition du gouvernement Hollande, en 2012, même si elle avait occupé différents postes ministériels sous François Mitterand.

S'exprimant à la télévision française, Mme Royal a dit être «très honorée et en même temps je connais l'exigence que cela appelle dans un ministère majeur pour le redressement du pays et les créations d'emplois qui vont avec».

M. Hollande et Mme Royal s'étaient rencontrés en 1978 lors de leurs études à l'École nationale d'administration. Ils se sont séparés en 2007, après 30 ans de vie commune et sans jamais s'être mariés. Ils ont eu deux fils et deux filles.

M. Hollande a ensuite eu une relation avec la journaliste Valérie Trierweiler. C'est elle qui se serait opposée au retour de Mme Royal au sein du gouvernement en 2012. M. Hollande et Mme Trierweiler se sont séparés plus tôt cette année, après que le président ait possiblement eu une liaison avec une actrice.

«Je ne suis pas du tout dans un esprit de revanche», a déclaré Mme Royal en entrevue à la station de radio Europe 1, peu de temps avant son entrée au ministère, qu'elle avait déjà occupée il y a 22 ans sous le gouvernement Mitterrand.

Le retour de Mme Royal permet à M. Hollande de combler le vide laissé par le départ de deux ministres issus du Parti vert. Cette formation, même si elle est une alliée traditionnelle des socialistes, a refusé de servir au sein d'un gouvernement dirigé par M. Valls, un homme reconnu pour ses ambitions et qui aurait par ailleurs des visés présidentielles.

Ce dernier a dû répéter son adhésion au socialisme, affirmant en entrevue télévisée mercredi soir qu'il était «un homme de gauche». Il a affirmé que le président Hollande lui avait dit, en lui confiant le poste de premier ministre, qu'ils devaient «agir vite».

M. Valls, né en Espagne et naturalisé français à l'âge de 20 ans, a déclaré que son objectif était de servir la France pour que «les Français soient demain davantage fiers de leur pays».

Laurent Fabius conserve la responsabilité des Affaires étrangères, en plus d'assumer le Développement international, et Jean-Yves Le Drian conserve le ministère de la Défense.

L'ancien ministre des Finances Pierre Moscovici quitte le gouvernement et ses responsabilités ont été scindées en deux. Michel Sapin est le ministre des Finances et des Comptes publics, tandis qu'Arnaud Montebourg devient ministre de l’Économie, du Redressement productif et du Numérique.

Le remaniement ministériel est apparu nécessaire à la suite de la cuisante défaite du parti socialiste lors des élections municipales de dimanche. Les électeurs ont tourné le dos aux socialistes de M. Hollande, en raison de leur incapacité apparente à abaisser le taux de chômage et à relancer l'économie.

Le nouveau gouvernement est composé de huit hommes et huit femmes.

PLUS:pc