NOUVELLES

GB: pour l'industrie automobile, rester dans l'UE est "crucial"

02/04/2014 05:36 EDT | Actualisé 02/06/2014 05:12 EDT

L'industrie automobile britannique, en pleine renaissance, juge dans un rapport publié mercredi que le maintien du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne (UE) est "crucial", l'Europe apportant des bénéfices essentiels au secteur.

"La position de l'industrie automobile britannique est claire : faire partie d'une Europe forte est crucial pour les succès futurs", a insisté Mike Hawes, le directeur général de la SMMT, l'association représentant le secteur.

"L'adhésion de la Grande-Bretagne à l'UE est fondamentale pour l'investissement, la croissance, l'emploi dans les entreprises automobiles de toute taille", a-t-il ajouté.

Selon ce rapport, réalisé par le cabinet KPMG, 92% des groupes du secteur jugent que le maintien du pays au sein de l'UE serait "mieux pour leur entreprise" tandis que près de 70% pensent qu'une sortie de l'UE "aurait un impact négatif sur leur entreprise à moyen ou long terme".

Pour l'industrie automobile britannique, être dans l'UE renforce en premier lieu "l'attractivité" de la Grande-Bretagne pour les constructeurs étrangers comme Nissan par exemple qui a une grande usine à Sunderland (nord-est de l'Angleterre).

Les constructeurs ont par ailleurs grâce à l'UE un accès "fondamental" au marché unique.

D'autres avantages essentiels sont "le pouvoir de négociation" de l'UE dans les discussions commerciales internationales ou la "voix puissante" que l'adhésion confère à la Grande-Bretagne pour peser sur la définition des réglementations concernant le secteur.

Les financements de l'UE ont en outre "accru la R&D (recherche et développement) et l'innovation" tandis que la liberté de mouvement permet au secteur d'attirer les talents.

Le secteur est toutefois conscient "qu'une réforme est toujours nécessaire afin de mettre fin à de lourdes réglementations européennes et de réduire les complexités qui peuvent miner la compétitivité sur le plan international".

De nombreuses entreprises ont souligné ces derniers mois l'importance fondamentale de l'adhésion à l'UE pour l'économie britannique, alors que le Premier ministre David Cameron s'est engagé à renégocier les relations avec l'UE avant d'organiser d'ici 2017, s'il est réélu en 2015, un référendum sur une sortie éventuelle du Royaume-Uni.

Le secteur automobile a connu une véritable renaissance en Grande-Bretagne ces dernières années, qui tranche avec la morosité ailleurs en Europe.

La production automobile y a dépassé la barre des 1,5 million de véhicules en 2013, son plus haut niveau depuis 2007, et pourrait atteindre 2 millions d'ici 2017, faisant du pays le deuxième producteur européen de voitures derrière l'Allemagne.

Et le nombre de voitures immatriculées l'an dernier y a bondi de près de 11% à 2,26 millions.

mg/acd/fw

PLUS:hp