NOUVELLES

Un mort et 14 blessés lors d'une fusillade à Fort Hood

02/04/2014 08:12 EDT | Actualisé 02/04/2014 10:42 EDT
AP

Au moins une personne est morte et 14 ont été blessées mercredi dans une fusillade sur la base militaire de Fort Hood (Texas), déjà théâtre en 2009 d'une tuerie qui avait fait 13 morts.

Un responsable américain, qui a confirmé le bilan provisoire sous couvert d'anonymat, n'a pas été en mesure de dire si la personne tuée était le tireur présumé ou si ce dernier était toujours recherché.

Le représentant du Texas, Michael McCaul, a pour sa part assuré sur CNN que la fusillade avait fait quatre morts, dont le tireur.

Plusieurs médias américains affirment que le tireur s'est suicidé après avoir ouvert le feu sur ses victimes.

Mais les responsables de la base ont précisé que la mort du tireur présumé "n'est pas confirmée".

A 01h GMT jeudi, la base militaire de Fort Hood, la plus grande des Etats-Unis, était toujours bouclée, et le personnel militaire était invité à "s'abriter".

"Evidemment (cet événement) rouvre les plaies de ce qui s'est passé à Fort Hood il y a cinq ans", a déclaré le président Barack Obama depuis Chicago. "Nous sommes dévastés qu'une chose comme celle-là ait pu encore se produire", a-t-il dit.

La base de Fort Hood, qui a fourni des soldats pour la plupart des conflits depuis la guerre du Vietnam, avait déjà été le théâtre d'une fusillade meurtrière en 2009, qui avait fait 13 morts et plus de 30 blessés.

"Beaucoup des gens (de la base) ont servi plusieurs fois en Irak et en Afghanistan, ils ont servi avec courage et distinction. Quand ils sont chez eux, ils doivent pouvoir se sentir à l'abri", a poursuivi M. Obama.

"Nous ne savons pas ce qui s'est passé ce soir, mais évidemment, ce sentiment de sécurité a été brisé une fois encore. Nous allons devoir faire la lumière ce qui s'est passé", a-t-il ajouté.

«Quelque chose ne fonctionne pas»

Les blessés ont été transportés au centre médical Carl R. Darnall Medical Center et dans d'autres hôpitaux locaux, ont précisé les autorités. "De nombreuses forces de l'ordre sont sur place", a ajouté Fort Hood dans un communiqué.

Plusieurs blessés ont été évacués vers le Scott and White Memorial Hospital. L'un de ses responsables a précisé lors d'une conférence de presse qu'il avait accueilli 4 patients, et que deux autres étaient en route, "avec des blessures très, très graves".

L'état des blessés va de "stable" à "grièvement blessé", a-t-il ajouté.

Selon un témoin interrogé par KCEN TV, le tireur présumé serait un homme blanc dans une voiture Toyota grise.

La chaîne CBS a affirmé pour sa part que le tireur présumé serait un soldat âgé de 34 ans, et que la fusillade aurait été provoquée par une dispute entre militaires.

"Toutes nos pensées accompagnent les personnels de la base de Fort Hood", a écrit l'armée américaine sur son compte Twitter.

Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, en déplacement à Hawaï, a déploré cette énième fusillade sur une base militaire.

"Quand nous avons ce genre de tragédies sur nos bases, c'est qu'il y a quelque chose qui ne fonctionne pas", a-t-il dit.

Le 5 novembre 2009, le major Nidal Hasan avait ouvert le feu dans un cabinet médical de la base, faisait 13 morts, dont 12 militaires, et plus de 30 blessés.

Le tireur avait été maîtrisé, touché par les balles d'un policier. M. Hasan, aujourd'hui partiellement paralysé, a été condamné à mort par un jury militaire en août dernier.

En septembre dernier, un ancien membre de la Marine américaine, Aaron Alexis, était entré dans le complexe de la Marine de Navy Yard à Washington, où il avait ouvert le feu et tué 12 personnes et blessé huit autres, avant d'être abattu par la police.

La base militaire de Fort Hood au Texas, où s'est produite mercredi une fusillade meurtrière, est la plus grande base militaire américaine au monde.

Située au coeur du Texas, à 100 km au nord d'Austin, la base s'étend sur 880 km2, soit presque autant que la ville de New York, ce qui en fait "la plus grande" base de l'armée américaine, indique son site internet.

Elle abrite au moins 45 000 soldats et aviateurs et près de 9.000 civils, selon la base, qui précise qu'elle est le premier employeur du Texas et injecte chaque année près de 3 milliards de dollars dans l'économie texane.

Pourtant décrite par des responsables militaires comme étant extrêmement sûre, Fort Hood a été le théâtre d'une fusillade le 5 novembre 2009 qui fit 13 morts et plus de 30 blessés.

Le tireur, le psychiatre militaire Nidal Hassan, a été condamné à mort en août dernier. Il s'est présenté comme un "soldat d'Allah" qui voulait protéger les insurgés irakiens et afghans opposés à l'armée américaine.

Fort Hood abrite plusieurs quartiers généraux de division, dont celui de la célèbre 1ère division de cavalerie, et six brigades de combat. La plupart de ces unités ont multiplié les déploiements en Irak et en Afghanistan depuis 2001.

La quatrième division d'infanterie, stationnée à Fort Hood, est ainsi à l'origine de l'arrestation de l'ancien président irakien Saddam Hussein en décembre 2003.

Fort Hood est la base militaire américaine qui a payé le plus lourd tribut en Irak, avec 509 morts sur les 4 486 Américains tués pendant le conflit irakien, selon le site icasualties.com.

La base est surnommée "L'endroit formidable" ("The Great Place") pour la qualité de la vie qu'elle offre. Elle a son propre journal et comprend toute une série de structures pour les soldats et leurs familles: logements, écoles, cinéma, lac, petit port de plaisance, fleuriste, établissements de soins, champs de tir...

Le site de la base avait été choisi en 1941 et sa construction a commencé en 1942, selon le site internet spécialisé dans les questions de défense Globalsecurity.org, qui précise que la base n'a cessé de s'étendre au fil des ans pour répondre aux efforts de guerre des Etats-Unis.

La ville mitoyenne de Killen, et ses 116 000 habitants, paraît maigrichonne à côté de ce vaste complexe de magasins et de résidences.

Le complexe militaire tient son nom d'un général américain confédéré, John Bell Hood, qui s'était illustré pendant la Guerre de Sécession au XIXe siècle.

INOLTRE SU HUFFPOST

Fusillades et suicides dans les écoles américaines