NOUVELLES

Du fond de sa geôle, Porter accorde son appui à son «ami» Philippe Couillard

02/04/2014 04:43 EDT | Actualisé 02/06/2014 05:12 EDT

QUÉBEC - Incarcéré au Panama, Arthur Porter s'invite dans la campagne électorale québécoise et donne son appui à Philippe Couillard.

Mêlé à une affaire de corruption, l'ancien directeur du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) a confié le week-end dernier à l'auteur Jeff Todd qu'il considérait encore le chef libéral comme un ami. Il estime d'ailleurs que M. Couillard ferait un bon premier ministre à la tête du Québec.

Biographe de l'ancien gestionnaire du CUSM, M. Todd a fait parvenir à certains médias une transcription de l'échange qu'il a eu avec M. Porter au sujet de ses liens d'amitié et d'affaires avec l'aspirant premier ministre.

Dans la conversation téléphonique, M. Porter affirme qu'il entretient toujours des relations harmonieuses avec M. Couillard et que les propos du chef libéral à l'effet contraire ont vraisemblablement été pris hors contexte.

Depuis plusieurs mois, les adversaires de M. Couillard font leurs choux gras des relations passées entre l'ancien ministre de la Santé et le docteur Porter, arrêté l'an dernier au Panama pour une affaire de pots-de-vin de 22 millions $ en lien avec la construction du CUSM. Il est accusé de fraude, complot pour fraude, fraude envers le gouvernement, abus de confiance, commissions secrètes et recyclage des produits de la criminalité.

Le docteur Porter livre une bataille pour éviter d'être extradé au Canada.

Après son retrait de la politique active en 2008, M. Couillard s'est lancé en affaires avec M. Porter mais la société qu'ils avaient créée n'a jamais été active. Elle a été dissoute en 2012.

Devant les attaques répétées de ses rivaux, M. Couillard a toujours dit qu'il n'avait rien à se reprocher et qu'il n'était ni de près ni de loin impliqué dans les gestes reprochés au docteur Porter.

Après avoir indiqué qu'il ne commenterait pas la sortie médiatique du docteur Porter, le chef libéral a senti le besoin de défendre son intégrité dans une entrevue avec l'animateur Gilles Parent du FM93 à Québec (Cogeco).

«J'ai reconnu que j'avais eu une amitié avec lui, ce n'est pas ça la question. La question est: est-ce que le fait que je l'ai connu permet au monde de m'associer à ce qui lui est reproché? Clairement non», a-t-il soulevé.

Quant à elle, la chef péquiste Pauline Marois s'est empressée de saisir la balle au bond pour imputer à son rival une conduite douteuse.

«Je vais vous dire quelque chose que ma mère me disait: qui se ressemble, s'assemble», a-t-elle conclu, en campagne à Montréal.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a pour sa part lancé à la blague, à propos des relations entre MM. Couillard et Porter, qu'«avec des amis comme ça on n'a pas besoin d'ennemis».

PLUS:pc