NOUVELLES

Contre la fédéralisation, l'Ukraine veut une décentralisation accrue

02/04/2014 07:54 EDT | Actualisé 02/06/2014 05:12 EDT

Le gouvernement ukrainien a décidé une décentralisation accrue, idée soutenue par les Occidentaux mais bien en retrait de la "fédéralisation" prônée par la Russie, selon un communiqué publié mercredi sur le site du gouvernement.

Le gouvernement intérimaire a adopté mardi le principe d'une "décentralisation du pouvoir et d'une extension importante des pouvoirs des collectivités locales," selon ce texte.

Une telle réforme doit notamment permettre de "concilier les intérêts des communautés nationales et locales", poursuit le texte.

Le vice-Premier ministre chargé du développement régional, Volodimir Groisman, a notamment estimé qu'il y a actuellement "dans les faits un monopole du pouvoir d'Etat sur les régions", selon le communiqué.

Concrètement, les gouverneurs régionaux, aujourd'hui nommés par le pouvoir central, seraient élus par les assemblées régionales, les préfets ne conservant qu'un pouvoir de contrôle.

Ces réformes ont fait l'objet d'un "consensus" avec les régions, municipalités et autres organes locaux selon le communiqué gouvernemental.

Le gouvernement soumettra "dans un proche avenir" les textes de lois pour mettre en oeuvre ces réformes, selon M. Groisman, et des élections locales seront organisées une fois ce cadre juridique mis en place.

Depuis le renversement de l'ancien président Viktor Ianoukovitch fin février, de vives tensions sont apparues dans les régions russophones de l'est du pays et la Russie a absorbé la péninsule de Crimée.

Le président russe Vladimir Poutine avait promis début mars de protéger par "tous les moyens" ses citoyens en Ukraine et massé des dizaines de milliers de soldats près de la frontière de l'ex-république soviétique.

La semaine dernière, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a lancé l'idée d'une "fédéralisation" de l'Ukraine comme base d'un possible compromis, permettant de "protéger les droits de ceux qui vivent en Ukraine, et principalement de la population russe".

Mais les autorités ukrainiennes de transition pro-européennes ont immédiatement dénoncé une manoeuvre en vue d'une "partition" du pays.

so/lgo/ros

PLUS:hp