NOUVELLES

C1 - Cristiano Ronaldo fête sa 100e par un record

02/04/2014 04:11 EDT | Actualisé 02/06/2014 05:12 EDT

Cristiano Ronaldo a fêté dignement mercredi son 100e match en Ligue des champions avec un 14e but cette saison en C1, égalant ainsi le record du genre co-détenu par Lionel Messi (2011-12/Barcelone) et José Altafini "Mazzola" (1962-63/AC Milan).

Avec son double contact bien senti de la 57e minute contre le Borussia Dortmund, en quarts de finale aller de la C1, le Ballon d'Or a porté le score à 3 à 0 pour le Real et a rejoint des noms prestigieux dans l'histoire.

Avec au minimum un match à jouer, mais potentiellement trois autres possibles cette saison si le Real va en finale, "CR7" a la possibilité de devenir le seul détenteur du record.

Avec ce 64e but en C1 (décompte hors tours préliminaires) de sa carrière, le Portugais, 3e meilleur réalisateur de l'histoire de la Ligue des champions (depuis 1992-93, à partir de la phase de groupes), revient à trois buts de Messi (67) et sept de Raul dont le compteur est resté bloqué à 71.

Il était important pour lui de faire taire ses détracteurs mercredi soir dans son antre de Santiago-Bernabeu.

Le week-end dernier, Cristiano Ronaldo avait été sifflé par le Bernabeu, l'enceinte même qui lui avait fait un triomphe après son deuxième Ballon d'Or.

Pourtant auteur d'un but et d'une passe décisive contre le Rayo Vallecano samedi en Championnat (5-0), le Portugais avait été conspué pour n'avoir pas transmis la balle à un partenaire sur une action.

Plus qu'une critique du meilleur buteur de Liga (28 buts) et de C1, c'était sans doute l'amertume d'un clasico perdu contre le Barça (4-3), suivi d'un dur revers à Séville (2-1).

- Sifflets oubliés -

"Les sifflets sont oubliés", avait dédramatisé ensuite son entraîneur Carlo Ancelotti. Connaissant le compétiteur Ronaldo, sans doute pas. La meilleure réponse était sur le terrain. Et les sifflets sont sans doute maintenant vraiment oubliés.

Cette saison, le Real Madrid vibre aux grandes ondes de la "BBC" (Benzema-Bale-Cristiano Ronaldo). Les trois hommes commencent à se trouver naturellement sur le terrain.

Sur son aile gauche, le Portugais dribble, repique dans l'axe et pilonne la cage adverse. En pointe, le Français remise, décroche et ouvre des brèches. Quant au Gallois, de mieux en mieux physiquement après des débuts difficiles, ses débordements en font un passeur redoutable.

"Il n'y a pas de secret. Ce sont de bons joueurs, ils s'entendent à merveille et ils créent les déséquilibres", synthétisait récemment le milieu Xabi Alonso sur le site internet du Real.

De quoi entretenir les rêves de cette fameuse "decima", cette 10e victoire en Ligue des champions dans l'histoire du Real.

pgr-pgf-jed/dhe

PLUS:hp