NOUVELLES

A trois jours de l'élection, une ONG lance un appel à aider l'Afghanistan

02/04/2014 04:00 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

A trois jours de l'élection présidentielle en Afghanistan, l'International Rescue Committee (IRC) a appelé mercredi la communauté internationale à redoubler ses efforts en faveur du pays, où la mission de combat de l'Otan cessera à la fin 2014.

"Une forte baisse de l'aide aujourd'hui non seulement menacerait les fragiles progrès enregistrés, mais pourrait aussi gravement meurtrir le pays", prévient l'ONG dans un rapport publié mercredi. "L'idée de se laver les mains des engagements pris en Afghanistan serait très mauvaise", renchérit auprès de l'AFP son directeur, l'ex-ministre des Affaires étrangères britannique David Miliband.

"Nous craignons vraiment que les traumatismes et les défis rencontrés au cours des 12 dernières années ne fassent du retrait militaire une étape vers un retrait complet, et ça serait très dommageable", pointe-t-il.

Selon l'ONU, les violences visant les civils ont crû de 14% en 2013 en Afghanistan, et l'IRC estime de son côté que le nombre d'Afghans qui ont besoin de soins médicaux a atteint 5,4 millions, contre 3,3 millions en 2013.

"Il y a un vrai danger pour que l'année 2014 ne soit pas seulement une année de transition, mais aussi une année d'arrêt (de l'aide) et nous pensons qu'il faut aider les Afghans à passer ce moment difficile", avance David Miliband.

Selon l'IRC, les associations humanitaires menées par l'ONU ont déjà dû --par manque de moyens-- déterminer une cible prioritaire de 5 millions d'Afghans, sur les 9 millions qui auraient besoin d'être aidés.

Quelque 406 millions de dollars sont nécessaires pour apporter à ces 5 millions d'Afghans l'assistance nécessaire, soit l'équivalent de 0,025% de la somme dépensée par les Etats-Unis en 12 ans de combat sur place, pointe l'IRC.

Dans son rapport, l'ONG évoque plusieurs pistes pour améliorer l'aide apportée à l'Afghanistan --investir dans des programmes implantés localement, fournir des fonds à plus long terme, utiliser plus efficacement les ressources. L'IRC estime également que, paradoxalement, la fin des missions de combat de l'Otan pourrait faciliter dans certaines zones le travail des humanitaires --dans le pays pourtant jugé le plus dangereux du monde pour eux-- en mettant fin à l'ambiguïté de certaines missions menées par les militaires.

jm/mdm/rap

PLUS:hp