NOUVELLES

Éventuellement oui au cannabis médical, mais dans un cadre de recherche médicale

01/04/2014 11:36 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Coincé entre les décisions des tribunaux et le nouveau règlement fédéral qui restreint l'accès au cannabis à des fins médicales, le Collège des médecins du Québec a dévoilé mardi ses nouvelles directives à ses membres, qui permettront aux médecins qui y tiennent de continuer à en prescrire, mais lorsqu'ils participeront à un protocole de recherche.

Le protocole de recherche n'est pas encore défini, mais cela devrait être fait «d'ici l'été», ont précisé en conférence de presse les docteurs Charles Bernard et Yves Robert, respectivement président-directeur général et secrétaire du Collège des médecins du Québec.

Le futur protocole de recherche permettra donc aux médecins de prescrire du cannabis séché à des fins médicales, mais en suivant certaines règles, comme la rédaction d'un formulaire de consentement, d'un formulaire d'évaluation de l'état de santé du patient, la vérification des interactions avec d'autres médicaments et la vérification de contre-indications, entre autres.

Depuis mardi, un règlement fédéral exige d'un patient qu'il obtienne une prescription médicale afin d'avoir accès à du cannabis séché pour des fins thérapeutiques. Et le cannabis ne pourra être prescrit que pour certains problèmes de santé déterminés: épilepsie, forme grave d'arthrite, cancer, SIDA et VIH, maladie de la moelle épinière, lésion de la moelle épinière et sclérose en plaques.

«Il (le médecin) ne peut pas prescrire à partir d'aujourd'hui, tant qu'il n'y aura pas le projet de recherche», a pris soin d'ajouter le docteur Robert. Il y aura donc un délai avant que les médecins puissent prescrire le cannabis séché par l'intermédiaire d'un protocole de recherche médicale.

Auparavant, le médecin n'avait qu'un rôle de confirmation du diagnostic. Le nouveau règlement fédéral accroît donc le rôle du médecin.

Les médecins se retrouvent donc dans une situation inconfortable, puisque le traitement par cannabis séché n'est pas officiellement reconnu au plan scientifique. Et ni le dosage ni les indications thérapeutiques ne sont standardisés, a souligné le docteur Bernard.

Or, le Code de déontologie des médecins stipule que l'usage d'un traitement non reconnu ne peut être fait que dans un cadre de recherche médicale.

«Ce que nous déplorons, malheureusement, c'est que si des patients ont de la difficulté à y avoir accès, le premier responsable c'est celui qui a fait la nouvelle réglementation. C'est un des problèmes auxquels on a à faire face: on nous transfère une responsabilité et on veut que ce soit nous qui ramassions l'odieux de cette décision. Et ce ne sera pas le cas», a prévenu le docteur Robert.

La voie de la recherche médicale est donc celle qui a été choisie par le Collège des médecins pour régulariser la situation des médecins et des patients, afin de répondre à la fois au Code de déontologie des médecins, au règlement fédéral et aux décisions des tribunaux.

Le Collège des médecins souligne également qu'il existe présentement des médicaments sous forme de comprimés qui sont des «cannabinoïdes» et qui sont autorisés par Santé Canada. Il conseille d'ailleurs à ses membres de prescrire d'abord ces médicaments avant d'envisager le cannabis séché.

Réaction

Présent à la conférence de presse du Collège des médecins, Adam Greenblatt, de la Société pour l'accès au cannabis médical, a dit accueillir la voie de la recherche prônée par le Collège des médecins avec «un optimisme prudent».

Il affirme toutefois s'inquiéter du fait qu'«il y a trop de restrictions sur les raisons pour lesquelles le cannabis séché peut être prescrit par les médecins» et que cela aura pour effet de «diminuer l'accès pour les patients».

PLUS:pc