NOUVELLES

Une injonction est émise à l'endroit des infirmières à Halifax

01/04/2014 10:15 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

HALIFAX - La Commission des relations de travail de la Nouvelle-Écosse a émis une injonction à l'endroit des infirmières de Halifax qui ne se sont pas présentées au travail mardi afin de protester contre un projet de loi spéciale déposé lundi par le gouvernement pour déterminer la liste des services essentiels en cas de grève.

Des dizaines de chirurgies ont été annulées mardi en raison de l'absence d'infirmières. La ministre du Travail, Kelly Regan, a indiqué que les syndiqués qui ne respecteront pas l'injonction de la commission se verront imposer des amendes prévues par la loi — 300 $ par jour.

Le Syndicat des employés généraux et gouvernementaux de la Nouvelle-Écosse a appelé les 2400 infirmières qu'il représente à respecter l'injonction et à se présenter pour leur prochain quart de travail. Le syndicat a toutefois rappelé qu'il peut toujours déclencher légalement la grève dès jeudi à 00 h 01.

Le syndicat estime que la liste des services essentiels est tellement exhaustive qu'elle équivaut à retirer le droit de grève aux travailleurs.

En plus des infirmières, la nouvelle loi sur les services essentiels s'appliquerait aux ambulanciers, ainsi qu'aux employés d'hôpitaux, de centres pour personnes âgées, pour jeunes et pour personnes handicapées — soit de 35 000 à 40 000 travailleurs.

Le syndicat a estimé que «quelques centaines» de ses membres ont refusé de venir travailler mardi. La régie régionale a parlé d'un «débrayage illégal» de 30 pour cent des infirmières de ce quart de travail, ce qui aurait reporté 70 chirurgies prévues mardi.

Les négociations entre le syndicat et la régie régionale sont dans l'impasse en dépit de la participation d'un médiateur. Les négociations achoppent principalement sur le ratio patient-infirmière, que le syndicat voudrait réduire afin d'améliorer la sécurité des bénéficiaires.

Le premier ministre libéral de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, a indiqué lundi qu'une nouvelle loi sur les services essentiels est nécessaire après trois interruptions de travail dans le secteur de la santé en sept mois.

Le projet de loi prévoit aussi que les parties puissent demander l'aide d'un conciliateur ou d'un médiateur afin de négocier une liste des services essentiels. En cas d'impasse, l'une des deux parties pourrait faire appel à la Commission des relations de travail.

Les patients soignés dans les hôpitaux de Halifax proviennent de toutes les provinces maritimes. La semaine dernière, l'Île-du-Prince-Édouard a commencé à ramener des patients sur son territoire.

PLUS:pc