NOUVELLES

Trois policiers condamnés pour le viol d'une jeune femme en Tunisie

01/04/2014 03:19 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

TUNIS, Tunisie - Deux policiers tunisiens ont été reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme et condamnés à sept ans de prison, une affaire qui avait suscité de nombreuses manifestations après que la victime eut été initialement accusée de comportement immoral. Un troisième policier a été condamné à deux ans de prison pour avoir extorqué de l'argent au fiancé de la victime.

Les policiers se sont approchés de la femme, alors âgée de 27 ans, et de son fiancé alors qu'ils se trouvaient dans une voiture, en septembre 2012. La victime affirme que deux des hommes l'ont violée à tour de rôle tandis que le troisième retenait son fiancé, avant de le forcer à retirer de l'argent dans un guichet automatique.

La décision initiale d'accuser la femme d'attentat à la pudeur avait suscité un tollé à travers le pays. Ces accusations ont ensuite été abandonnées et la victime a publié un livre intitulé «Coupable d'avoir été violée», sous un pseudonyme qu'elle a aussi utilisé en cour.

La peine imposée lundi soir aux policiers a été critiquée par l'avocate de la victime, qui estime que la sanction est trop clémente.

«C'est scandaleux», a déclaré Radhia Nasraoui, une militante des droits de la personne en Tunisie. «Ils ont tout nié. Ils ont même eu le culot de suggérer qu'elle leur avait fait des avances.»

Des manifestants s'étaient rassemblés devant le tribunal, lundi, en attendant le verdict.

Les accusations de la femme contre les policiers et la colère publique qui a suivi auraient été impensables sous le régime autoritaire du président Zine El Abidine Ben Ali, renversé par un soulèvement populaire en 2011.

Les inquiétudes liées au maintien des droits des femmes en Tunisie ont été apaisées avec l'adoption, cette année, d'une Constitution qui garantit l'égalité juridique des hommes et des femmes et engage le gouvernement à protéger les droits des femmes.

PLUS:pc