NOUVELLES

Rappels de voitures de GM: la compagnie est sur la sellette aux États-Unis

01/04/2014 05:23 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

DÉTROIT - La pièce nécessaire pour réparer un commutateur d'allumage lié à 13 accidents de voiture mortels n'aurait coûté que 57 cents, selon des documents présentés par General Motors à des législateurs tentant de savoir pourquoi le fabricant automobile avait pris 10 ans avant de rappeler les véhicules touchés par ce problème.

Lors d'une audience tenue mardi, les membres d'un sous-comité de la Chambre des représentants des États-Unis ont réclamé des réponses de la nouvelle présidente Mary Barra afin de savoir pourquoi l'entreprise avait utilisé ces commutateurs dans de petites voitures telles que la Chevrolet Cobalt et la Ion, de Saturn, même si elle savait que ces pièces ne respectaient pas les propres normes de GM.

La représentante Diana DeGette a brandi l'un de ces commutateurs et affirmé qu'un petit ressort à l'intérieur n'avait pas pu fournir suffisamment de force, entraînant l'arrêt du moteur lorsque la voiture franchissait une bosse sur la chaussée.

Mme DeGette a également montré à quel point il était facile, à l'aide d'un ensemble de clés, de désactiver le commutateur en question. Cela peut provoquer une panne, privant donc le conducteur de la servodirection et des servofreins.

Depuis février, GM a procédé au rappel de 2,6 millions de véhicules en raison de ces commutateurs défectueux, liés à 13 morts et des dizaines d'accidents.

Une porte-parole du constructeur automobile a confirmé que l'un des décès associés à ces pièces défectueuses était celui d'un conducteur québécois survenu en juin dernier.

«GM travaille en collaboration avec Transports Canada et a averti les autorités gouvernementales américaines», a précisé l'entreprise par voie de communiqué.

Au dire de GM, de nouveaux commutateurs seront disponibles dès le 7 avril. Les propriétaires des véhicules touchés peuvent demander un véhicule de prêt de la part de leur concessionnaire en attendant le remplacement de la pièce. Selon Mme Barra, la compagnie a jusqu'à maintenant prêté 13 000 de ces voitures temporaires.

Toujours selon GM, des ingénieurs ont proposé, en 2005, des solutions pour régler le problème des commutateurs, mais le fabricant automobile avait conclu qu'aucune d'entre elles n'était «viable sur le plan commercial».

«Des documents fournis par GM révèlent que cette augmentation de coût inacceptable n'était que de 57 cents», a lancé Mme DeGette.

Mme Barra n'a pas été en mesure d'indiquer pourquoi cette défectuosité avait été tenue secrète pendant des années, et que GM menait une enquête interne afin de déterminer la raison ayant empêché la réparation de toutes les voitures déjà sur les routes à l'époque.

De son côté, le chef de la National Highway Traffic Safety Administration, David Friedman, a renvoyé la balle à GM, soutenant que la compagnie savait depuis la décennie précédente qu'un rappel était nécessaire, mais qu'elle n'avait partagé ces informations que le mois dernier.

PLUS:pc