NOUVELLES

Les porteurs de l'Ebola en quarantaine attendent la mort

01/04/2014 04:08 EDT | Actualisé 31/05/2014 05:12 EDT

Les médecins assistent impuissants au ravage provoqué en partie par le virus Ebolaqui a déjà tué 78 personnes depuis janvier, notamment à Guéckédou dans le sud de la Guinée, où le virus a été le plus violent. 

Les malades en quarantaine n'attendent plus que la mort, rapporte un journaliste de l'AFP. Les membres de Médecins sans frontières (MSF), présents en grand nombre, ne peuvent rien pour leurs patients infectés, qui demeurent alités dans des tentes et baraquements de fortune.

Leurs chances de survie sont faibles. Le virus Ebola est mortel dans 90 % des cas.

« Rose va peut-être bientôt mourir et ensuite ce sera certainement mon tour », confie en larmes René, un garçon de 18 ans admis depuis deux jours dans l'aile des cas suspects.

Le virus est particulièrement contagieux, ce qui rend le personnel médical nerveux. Le gouvernement guinéen indique que le virus identifié dans le pays est « de type Zaïre », la plus mortelle des cinq espèces de la famille des rétrovirus qui causent l'Ebola.

Les autorités précisent que c'est la première fois que l'Afrique de l'Ouest est touchée par une épidémie de ce virus.

Pascal Piguet, logisticien de MSF indique que son personnel « est déjà au courant qu'il doit respecter une certaine distance de sécurité ». « Dès qu'une personne se lève, on va discrètement pulvériser [avec du désinfectant] la chaise pour éviter que d'autres se fassent contaminer », précise-t-il.

Pour les cas confirmés, on ne prend aucun risque. Tous ceux qui doivent entrer en contact direct avec eux pour leur parler, les soigner, les nourrir, les laver, nettoyer les pièces doivent absolument revêtir des combinaisons totalement hermétiques de la tête aux pieds, avec gants, lunettes, masques et bottes.

Craignant une propagation rapide sur leurs territoires les pays limitrophes sont sur le pied d'alerte. Le Sénégal a carrément fermé ses frontières et suspendu les marchés hebdomadaires tout au long des zones frontalières.

Plus loin, l'Arabie saoudite a annoncé la suspension de visas pour le pèlerinage musulman à La Mecque aux fidèles en provenance de Guinée et du Liberia. Les autorités saoudiennes expliquent qu'il s'agit d'une mesure préventive.

PLUS:rc