NOUVELLES

Les Palestiniens relancent leur campagne de reconnaissance par l'ONU

01/04/2014 04:04 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

RAMALLAH, Territoire palestinien - Dans une décision surprise qui pourrait mettre en péril les efforts de paix dirigés par les États-Unis, le président de l'Autorité palestinienne a relancé, mardi, sa campagne visant à obtenir la reconnaissance de la Palestine par les Nations unies, même s'il avait promis de suspendre ces efforts durant les neuf mois de négociations avec Israël.

Mahmoud Abbas a soumis des demandes pour «l'État de Palestine» à 15 agences de l'ONU, lors d'une cérémonie organisée à la hâte dans son quartier général de Ramallah, en Cisjordanie.

M. Abbas a expliqué avoir été poussé à agir parce qu'Israël n'a pas respecté sa promesse de libérer des Palestiniens détenus depuis longtemps.

Le président de l'Autorité palestinienne a souligné qu'il était toujours intéressé à négocier avec Israël sur les termes d'un futur État palestinien, précisant que ses collaborateurs et lui poursuivraient leurs efforts en vue de trouver une solution pacifique négociée.

La plus récente ronde de négociations de paix israélo-palestiniennes a commencé à la fin du mois de juillet sous la supervision du secrétaire d'État américain, John Kerry, et doivent durer neuf mois, jusqu'à la fin d'avril. Durant cette période, M. Abbas avait promis de suspendre ses démarches à l'ONU, tandis qu'Israël s'était engagé à libérer 104 détenus palestiniens en quatre étapes.

Les Palestiniens affirment que le quatrième groupe de prisonniers devait être libéré avant la fin du mois de mars et que le gouvernement israélien n'a pas respecté sa promesse.

On ne sait pas si la décision de M. Abbas est une tactique de négociation ou signale un changement de stratégie fondamental. Dans sa brève déclaration de mardi, il a affirmé que l'Autorité palestinienne ne cherchait «le conflit avec personne, en particulier les États-Unis».

Un haut responsable a annoncé que le secrétaire d'État américain avait annulé sa rencontre prévue mercredi avec M. Abbas en Cisjordanie. M. Kerry a toutefois affirmé qu'il était «complètement prématuré» de dire que les négociations ont échoué. Il a précisé que son équipe et lui restaient en contact avec les deux parties et les a appelées à faire preuve de retenue durant cette période difficile.

PLUS:pc