NOUVELLES

Le libéral Jim Karygiannis démissionne et se lance dans la politique torontoise

01/04/2014 06:43 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Après avoir siégé au Parlement pendant un quart de siècle, le député libéral Jim Karygiannis quitte la politique fédérale pour se lancer dans la mêlée municipale à Toronto.

Le controversé député entend se porter candidat au conseil municipal dans un district qui chevauche une grande partie de la circonscription de Scarborough-Agincourt, qu'il représentait depuis 1988.

M. Karygiannis a indiqué que sa décision avait été motivée par son désir de passer plus de temps avec sa femme, ses cinq filles adultes et sa mère âgée, tout en continuant de défendre les intérêts de ses électeurs.

Néanmoins, l'homme de 58 ans pourrait aussi avoir conclu que son talent d'organisateur politique impitoyable — il a été recruté par Jean Chrétien et Paul Martin lors de leur course respective à la direction du parti — ne serait probablement pas valorisé par Justin Trudeau.

Le nouveau chef libéral a déclaré qu'il ne tolérerait aucune lutte interne ni machinations qui ont contribué, selon lui, au déclin du parti au cours des dernières années.

M. Karygiannis, qui s'est lui-même qualifié de «dernier samouraï du parti» mardi, a fait l'objet de critiques au fil des ans quant à son style politique combattif. Mais il a nié que cette attitude ait quelque chose à voir avec sa décision de démissionner.

Justin Trudeau avait annoncé la semaine dernière que M. Karygiannis ne serait plus le porte-parole du parti en matière d'anciens combattants. Mais il n'a eu que de bons mots pour le député après l'annonce de sa démission.

«Ce membre a toujours fait de sa circonscription sa priorité, a déclaré M. Trudeau aux Communes. Il n'y a aucune meilleure illustration de son engagement envers ses électeurs que le fait qu'ils l'aient élu dans cette Chambre dans huit élections consécutives.»

Submergé par l'émotion, M. Karygiannis a fait une grosse accolade à son chef à la fin de ses remarques.

PLUS:pc