NOUVELLES

La Bolivie suspend l'examen au Parlement d'une loi minière controversée

01/04/2014 01:36 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

Le gouvernement bolivien a suspendu mardi la discussion au Parlement d'un projet de loi controversé sur les mines, au lendemain de heurts violents entre mineurs et forces de l'ordre qui ont fait deux morts et une quarantaine de blessés.

"Nous avons décidé de suspendre l'examen de la Loi minière, jusqu'à l'obtention d'un accord sur un projet qui soit en accord avec la Constitution", a annoncé dans un communiqué de presse le secrétaire général de la présidence, Juan Ramon Quintana.

La Chambre des députés a approuvé récemment le projet de loi qui rejette la possibilité pour les mineurs regroupés en coopératives de signer des contrats de concession, le gouvernement insistant sur le maintien par l'État du contrôle de tout contrat signé avec des entreprises privées nationales ou étrangères.

Le texte doit encore être ratifié par le Sénat mais son examen a été suspendu après de violents affrontements entre la police et des mineurs des coopératives qui ont fait deux morts et 40 blessés lundi dans la région de Cochabamba (centre).

Les mineurs en colère ont également mis en place des barrages routiers dans quatre des neuf départements de Bolivie, La Paz, Cochabamba, Oruro (ouest) et Potosi (sud-ouest), obligeant la police à envoyer des renforts pour rétablir la circulation de passagers et des marchandises.

La Fédération des coopératives minières de Bolivie (FENCOMIN), jusqu'à présent alliée du gouvernement socialiste du président Evo Morales qu'elle a régulièrement soutenu depuis 2005, a annoncé son intention de poursuivre le mouvement de protestation.

jac/ms/hdz/ai

PLUS:hp